Faits divers

Vatofotsy Antsirabe – L’arrestation d’un tueur vire au pillage

La maison des parents du tueur, pillé par la foule.

La police d’Antsirabe a arrêté un présumé tueur en série, âgé de 23 ans, jeudi. Des rumeurs, lors de la perquisition de son domicile, samedi, virent à un pillage généralisé.

Rocamboles-que. Curiosité, pillage, incendie, dispersion par lacrymogène, panique et arrestations. C’est ce qui s’est produit samedi soir à Vatofotsy, dans la ville d’Antsirabe. Tout est parti d’une enquête policière sur la récente découverte du corps sans vie d’une jeune fille de 17 ans survenue dans la soirée du nouvel an, près de la gare.
Le suspect, âgé de 23 ans et fils de quincaillers notoires, a été déniché chez lui, du côté de Vatofotsy, jeudi. Ses parents ont été interpellés plus tard. Cette arrestation, pour la police, s’est pourtant transformée en pire au cours de la perquisition aux toilettes. « Des membres du fokonolona ont été autorisés à entrer et regarder les uns après les autres pour lever un doute sur un canular, arguant la présence d’ossements humains dans la fosse. Chacun d’eux a pourtant ses versions de ce qu’il vient de voir en sortant. Ce qui a poussé la curiosité d’une foule à l’extérieur à se bousculer et a fini par un pillage généralisé de la villa », a raconté un élément des forces de l’ordre sur place.
La famille de la victime et la foule en furie, trop indignées par les conditions abominables dans lesquelles a été assassinée la fille, ne sont pas restées sourdes aux rumeurs.

Aveu
« Vers 9h, des gens ont commencé à s’attrouper et comptaient saccager les maisons et quincaillerie des parents du suspect. En fait, ils ont voulu appliquer la vindicte populaire à ce présumé meurtrier. Ils se sont tournés vers leurs biens, puisqu’ils ne les ont pas trouvés», a relaté un habitant du quartier. Les forces de sécurité ont complètement été débordées.
« Ce groupe de personnes s’est déchaîné depuis 18h, a incendié et pillé les cases. Nous avons alors dû les disperser avec du gaz lacrymogène », a expliqué le chef de la brigade régionale de la sécurité publique, le commissaire Alain Adonis Rafalimanana. La charge suivie d’arrestations des profiteurs a duré environ trois heures. « Nous avons agi avec professionnalisme, nous n’avons pas fait usage d’arme dangereuse face à la cohue pour maîtriser la situation. Des éléments des forces de l’ordre ont par contre été blessés par les pierres qu’elle a jetées », poursuit le commissaire.
La quincaillerie située un peu au nord d’une station-service à Vatofotsy a également été démolie. Le fokonolona a ensuite emporté ce qu’il pouvait, ciment, peinture et fer.
Hier, des forces mixtes se sont encore mises en garde à proximité de la quincaillerie pour faire en sorte que le pillage ne se reproduise. Il faudrait donner place à l’enquête pour dénouer les supposées activités criminelles du jeune homme.
Un thriller d’horreur dystopique. Le jeune homme arrêté se serait adonné à des violences gratuites. Des informations sommaires filtrées à l’issue de l’interrogatoire révèlent qu’il a avoué être l’auteur du meurtre de la jeune fille, sa troisième victime. Il aurait déjà tué deux autres femmes qui ont été retrouvées démembrées l’année dernière.