Economie

Energie renouvelable – L’autoconsommation photovoltaïque en marche

Stéphane Gilli, président fondateur de Capsud dans un de ses locaux à la zone Galaxy Andraharo.

Avancée. Quatre bâtiments en verre en forme de cube, de la zone Galaxy Andraharo où sont abritées de nombreuses sociétés fonctionnent en autoconsommation photovoltaïque. Quelques 800 000 kwh par an soit moins de 85 000 kwh par mois en sont disponibles et pour alimenter les locaux de 7 h à 22 heures. Les panneaux solaires assurent un rôle d’alimentation de secours en cas de coupure du réseau public. La recherche effectuée par l’ancien rugbyman français Stéphane Gilli, expert en énergie solaire photovoltaïque avec son groupe Cap Sud, est ainsi prometteur, à voir les installations, hier, à Andraharo. «L’avenir de Madagascar réside dans les énergies renouvelables. C’est sans conteste. Ce sont des énergies peu coûteuses. Savoir bien canaliser l’énergie solaire permet l’électrification des bâtiments et même bien d’autres infrastructures et bien d’autres régions», précise le président fondateur de Cap Sud. Pour ce faire, le groupe a recours au système de gestion économique d’énergie ou Energy manager comme dans ce cas d’électrification du projet KUBE d’Andra­haro. « Energy Manager permet de faire des économies en système de leasing. Le client n’investit pas. C‘est le groupe Cap Sud avec des fonds d’investissements qui calculent l’énergie nécessaire en fonction des besoins des clients, qui paient par la suite en forme de loyer sur une durée de contrat de 20 ans», détaille encore Cap Sud.

Ilakaka
Le groupe a investi près de 650 000 euros dans ce projet KUBE. D’autres Fonds d’investissement sont disponibles pour la continuité de ses activités en 2019 et même au-delà. Cap Sud, avec un investissement de plus de 1.200 000 euros projette d’électrifier tout le village d’Ilakaka, à cheval entre les régions Ihorombe et Sud-Ouest. « Un mégawatt de panneaux installés sera disponible à Ilakaka. Ce qui permettra de réduire le fonctionnement du fuel qui ne sera plus qu’à 5% », détaille encore l’expert en énergie solaire. L’objectif est d’installer des projets semblables dans d’autres régions de l’île en travaillant plus avec des particuliers. En tant qu’installateurs de panneaux et spécialistes en canalisation d’énergie solaire, Cap Sud travaille et s’ouvre à d’autres entreprises. L’installation des « arbres solaires » au centre Akamasoa de Père Pedro en 2017 est à l’actif du groupe. Ce dernier est en très bonne place pour participer à l’hybridation énergétique prônée par le gouvernement. Son offre figure parmi celles qui ont été retenues mais on apprend que Cap Sud s’est retiré au dernier moment, car s’est trouvé sur un terrain de jeu ne permettant peut-être pas l’atteinte de ses objectifs de rentabilité. Ce qui est très dommage.