Economie

Rapport Doing Business 2019 – Les investissements encore insuffisants

Le score pour l’amélioration de faire des affaires s’est amélioré pour Madagascar. Mais des efforts restent à faire.

Madagascar se classe au 161e rang sur 190 pays dans le classement « Doing Business 2019 » publié par le Groupe de la Banque mondiale.

Imparfaits. Madagascar doit mieux faire. «Des efforts restent insuffisants par rapport aux besoins d’attirer les investissements pour le développement du pays», décrit Satyam Ramnauth, représentant de l’IFC (Société financière internationale, Groupe de la Banque mondiale) à Mada­gascar. En effet, Madagascar se trouve encore loin derrière l’île Maurice rangée dans les vingt premiers pays dans le classement des économies d’Afrique subsaharienne, où la facilité de faire des affaires est évaluée atteint 79.58 (sur une note de 100). Le Rwanda se trouve au 29ème rang avec une note de 77.88. La Grande île enregistre une note de 48.89 si 48.18 dans le Rapport Doing Business de l’année dernière. «Une note plus élevée indique un environnement des affaires plus efficient et un cadre juridique plus solide. La mesure indique l’écart de chaque économie par rapport aux meilleures pratiques mondiales observées en termes de réglementation commerciale», souligne le rapport.
Ce score Madagascar s’est toutefois amélioré. L’amélioration de l’accès à l’information sur le crédit grâce à l’introduction d’une nouvelle loi régissant la création, l’agrément et le fonctionnement des bureaux d’Information sur le Crédit a permis cette progression. «Madagascar a aussi réduit les coûts d’obtention d’un permis de construire et renforcé le contrôle de qualité de la construction en nommant un architecte indépendant au sein de la commission chargée d’examiner les demandes de permis de construire», souligne le Rapport.

Accès au crédit
L’exécution des contrats a été facilitée en mettant en place un système automatisé qui attribue les affaires aux juges de manière aléatoire. «Au cours de l’année précédente, l’amélioration de l’accès à l’information sur le crédit est une importante mesure qui va inciter les institutions financières à élargir leur clientèle et amener en particulier plus de femmes à avoir un meilleur accès au crédit», rassure Satyam Ramnauth, représentant de l’IFC à Madagascar.
Les dix économies qui arrivent en tête du classement annuel sur la facilité de faire des affaires sont la Nouvelle-Zélande, Singapour et le Danemark, qui conservent leur premier, deuxième et troisième rang pour la deuxième année consécutive, suivis de la RAS de Hong Kong en Chine, de la République de Corée, de la Géorgie, de la Norvège, des États-Unis, du Royaume-Uni et de l’ex-République yougoslave de Macédoine. Depuis le lancement du premier volume en 2003, plus de 3 500 réformes de l’environnement des affaires ont été engagées dans 186 des 190 économies prises en compte dans le rapport.