L'Express de Madagascar

Sommet-Chine-Afrique – Quatre projets d’accord pour Madagascar

Le sommet de Beijing a pris fin mardi. La délégation malgache revient avec quatre protocoles d’accord pour des projets d’infrastructures et de transports.

Une ligne ferroviaire entre la capitale malgache et Fianarantsoa, la construction d’un nouveau port à Diego Suarez, la construction d’un tramway ou d’un métro aérien à Antananarivo, l’extension de l’aéroport de Tamatave : voilà les quatre protocoles d’accord qui viennent d’être signés en marge du Sommet de coopération sino-africaine à Pékin.

D’un côté, l’État malgache, de l’autre, trois sociétés chinoises : la China Road and Bridge Corporation et l’AFECC Sogecoa qui opèrent déjà toutes deux sur la Grande Île, ainsi que la Norinco International, qui ferait ainsi sa première entrée sur le territoire. Ces accords, identifiés bien avant le sommet, ne sont en fait que la première étape d’un long processus avant l’éventuelle réalisation de ces projets.

Quelles pourraient être les échéances ? Joint par RFI, Ulrich Andriantiana, le ministre des Travaux publics et des infrastructures présent en ce moment en Chine, rappelle qu’« il peut s’écouler plusieurs années entre la signature d’un protocole d’accord et le lancement des travaux ». Des études de faisabilité et de rentabilité doivent d’abord être réalisées.

Attractivité
« L’enjeu désormais, poursuit le ministre, est d’arriver à négocier un maximum de financements auprès des partenaires chinois, sous forme de dons non remboursables, ou d’annulation de dette ». Dans le cas contraire, ce seront des prêts concessionnels.
Et la concurrence entre les différents Etats africains est grande, admet-il. « Durant ces trois jours, tout le monde a essayé de se montrer attractif. Nous, nos avantages, c’est qu’on a peu de projets d’investissements comparé à d’autres pays. Donc notre niveau d’endettement est acceptable ».
Une attractivité que le président Rajaonarimam­pianina va devoir démontrer à nouveau ce mercredi matin lors du tête-à-tête prévu avec son homologue chinois.

RFI