L'Express de Madagascar

Show Télévisés – L’amiral Didier Ratsiraka refait surface

Après une candidature surprise, Didier Ratsiraka a fait son show dans une émission spéciale, hier. Il demande, notamment, le report de l’élection présidentielle.

À l’état pur. Didier Ratsiraka, ancien président de la République, est sorti de sa tanière, à Faravohitra, hier. Celui qui se présente sur la ligne de départ de la prochaine élection présidentielle s’est rappelé au souvenir de l’opinion publi­que par une prestation où il s’est évertué, notamment, à défendre sa position en faveur
du report du calendrier des élections.

Le poids du temps n’a, visiblement, pas entamé l’élo­quence et la répartie de l’amiral qui, tout en esquivant les assauts de ses interviewers a martelé son appel à un report des élections et la mise en place d’une Transition. « Si cette élection se tient dans la conjoncture actuelle, elle se soldera par un nouveau trouble majeur », soutient l’ancien chef d’État.

Affirmant que l’heure est grave, Didier Ratsiraka argue, qu’en tant qu’officier général de marine, « je ne laisserai pas le pays couler ». Il soutient que « ne pas agir serait une non assistance à un pays en danger ». Se présentant comme le « sauveteur », d’une nation qu’il estime au bord de la noyade donc, l’ami­ral plaide, « ne nous empressons pas à tenir ces élections. Clarifions d’abord les règles du jeu ».

Légalité
Pour défendre sa position, Didier Ratsiraka avance les incohérences de la Constitution. Il va jusqu’à mettre en doute la légalité du processus électoral. Il affirme qu’« il y a rien à reprocher aux lois électorales. Il n’y a rien d’inconstitutionnel, c’est la Constitution qui est mauvaise ». En exemple, le candidat numéro 21 relève le fait que la Loi fondamentale prévoit que le mandat du Président de la République dure cinq ans, tout en prescrivant qu’il démissionne avant la fin de son mandat.
Comme solution, l’ancien locataire d’Iavoloha remet sur table sa proposition d’une Transition inclusive. « Redressons ensemble ce pays. Prenons les points positifs des programmes de chaque candidat et conjuguons-les », déclare-t-il. En réponse à une question selon laquelle la population ne veut plus d’un nouveau pouvoir de fait il, réplique, « la population s’en est lassée puisque c’est une Transition dont la forme a été imposée. Une transition issue d’une concertation entre malgaches fonctionnera ».

L’ancien Président fustige, en passant, la communauté internationale. Il affirme que, comme les acteurs politiques malgaches, « ils ne respectent pas la parole donnée et la signature apposée ». Bien qu’il demande le report de la présidentielle, Didier Ratsiraka élude, cependant, la question selon laquelle il serait à la houlette de la démarche de seize candidats pour requérir l’ajournement du scrutin.

« Je ne suis pas derrière cette demande de report, mais plusieurs personnes sont derrière », affirme-t-il. Les réunions de seize candidats se sont, pourtant, déroulées à son domicile à Faravohitra. Quant à la contradiction entre sa candidature et sa contestation du calendrier, l’amiral s’encuira et indique que « c’est aussi une manière de se défendre. On a plus de liberté d’opinion et on est plus entendu qu’une personne lambda lorsqu’on est candidat ».