Sport

Lutte – World Nomad Games – Nos deux porte-fanions éliminés au premier tour

La Grande île participe pour la première fois aux Jeux Mondiaux des luttes styles alysh et kurash. Deux combattants malgaches y défendent les couleurs nationales.

Éliminés d’entrée. Madagascar est représenté par deux combattants aux World Nomad Games. La troisième édition de ces Jeux mondiaux se déroulent du 2 au 8 septembre à Cholpon-Ata, Kirghizstan. Deux disciplines associées aux luttes y sont disputées, à savoir le style alysh et celui appelé kurash. La compétition est organisée par l’Union mondiale des luttes (United Wolrd Wrestling) tous les deux ans.

La délégation de la Grande Ile y est composée de trois membres, et est dirigée par le président de la Fédération malgache de lutte et disciplines associées, Mamitiana Raveloson. Arrivée sur place samedi, elle a participé au défilé de la cérémonie d’ouverture ce dimanche.

« C’est la toute première participation de Madagascar, suite à la sollicitation et l’invitation de l’UWW », a souligné le président Mamitiana Raveloson.
Ce championnat du monde en alysh wrestling est une des compétitions des nouvelles disciplines associées de la lutte. Chaque combattant porte un kimono et une ceinture au lieu de l’habituel maillot. Les deux porte-fanions du pays ont été éliminés tous les deux d’entrée.
Engagé dans la catégorie -60kg, Aimé Mbolalalaina Rakotoniaina a été exempté du premier tour mais a été éliminé par la suite en quart de finale par l’Indien Zhunyu Neiphrietuo. L’autre combattant malgache, Todisoa Rakotonantoandro, s’est incliné pour sa part au premier tour, l’équivalent des huitièmes de finale, face à l’Arménien Gor Mkrtchyan.

Pas de primes
« Ces deux combattants ont été sélectionnés pour représenter le pays, vu qu’ils sont actuellement les meilleurs et les mieux titrés… En plus, leurs catégories de poids correspondent à celles requises », a clarifié le prédisent de la Fédération malgache. Ce dernier a aussi ajouté que les quatre premiers, c’est-à-dire les demi-finalistes des Jeux ont été tous primés notamment de 1 000 dollars pour le cham­pion de chaque catégorie, 500 dollars pour le deuxième, et 250 dollars pour les troisième et quatrième.

« La lutte évolue beaucoup à l’internationale. Différents nouveaux styles viennent d’être créés et nous devrions nous aussi suivre cette progression afin de donner un nouveau souffle à la discipline chez nous », a-t-il poursuivi.
Les deux dernières journées des Nomad Games, mercredi et jeudi, sont consacrées aux compétitions d’une autre discipline associée de la lutte, le kurash. « Nos lutteurs ont su vite maitriser ces nouvelles disciplines… Je vais négocier avec l’instance internationale pour qu’on puisse bénéficier prochainement des stages chez nous et à l’étranger », a conclu le numéro un de la Fédération.