Faits divers

Ambatofinandrahana – Une femme enceinte brûlée vive

L’attaque de trois maisons par près de quatre-vingts bandits s’est soldée par la mort d’une femme enceinte. Elle a succombé dans sa maison incendiée.

Ambato-finandrahana a été le théâtre d’une violente attaque à main armée, dans la nuit de mardi dernier vers 23h 30. Une femme enceinte y a perdu la vie. les assaillants ayant brûlé sa maison, la malheureuse n’a pas pu sortir des flammes et a été brûlée vive. Une autre femme a été également blessée lors de cette agression meurtrière. Elle a été évacuée à l’hôpital. On ignore, pour le moment, la valeur des objets et la somme d’argent emportés par les malfaiteurs.
Près de quatre-vingts individus armés de fusils de fabrication artisanale, de kalachnikov et de fusil Mas 36 ont semé la terreur dans la ville d’Ambato­finandrahana. Trois maisons situées dans trois fokontany différentes ont été attaquées effectivement. C’est dans le quartier d’Ampanaovapoara qu’un mort a été déploré.
« Les bandits se sont répartis en trois groupes. Ils étaient presque tous armés. Ils ont emporté les objets de valeur dans l’une des trois maisons. Ceux qui ont assailli le magasin n’ont obtenu aucun butin car nous y étions arrivés à temps. Les malfaiteurs ont brulé la troisième maison car ils n’y ont rien obtenu, ni objets ni argent », a rapporté la gendarmerie d’Ambatofinan­drahana.

En fait, les trois maisons-cibles sont distantes de trois cents mètres l’une des autres. Les malfaiteurs ont fait du tapage et ont proféré des menaces, une fois entrés dans les habitations de leurs victimes. Aussi, les voisins n’ont-ils pas osé sortir leur porter secours. On suppose que les maisons attaquées étaient choisies d’avance.

Enquêtes
La femme enceinte décédée habitait une maison de briques à étage. Trois occupants ont pu s’enfuir, dont le mari de la malheureuse et deux femmes, en entendant les bandits faire du bruit avant d’entrer. Les deux dames se sont blessées au cours de leur fuite. Tandis que les malfaiteurs ont mis le feu à la maison pour n’avoir obtenu aucun butin.

« Des flammes ont apparu à une fenêtre et le voisinage a entendu des cris d’appel à l’aide. La femme enceinte était prisonnière de l’incendie, et on n’a pu rien faire pour la sauver », a relaté un témoin de la tragédie impuissant. Tous les meubles de la maison ont été réduits en cendres.
Les enquêteurs de la gendarmerie étaient encore à Ambatofinandrahana, hier après-midi, afin de recueillir des informations susceptibles de permettre l’identification des assaillants et de les arrêter par la suite.

Nantenaina Njanahary

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter