A la une Faits divers

Ranomafana – La panique après la mort d’un guide

L’insécurité préoccupe maintenant les habitants de Ranomafana. Un guide temporaire du parc a été froidement tué dans un raid de dahalo armés.

En proie à des angoisses dues à l’insécurité. La population de Ranomafana, district d’Ifana­diana se trouve à présent dans un climat de terreur à cause d’un raid meurtrier de dahalo, la semaine passée. Les habitants des hameaux avoisinant le parc ont rejoint la commune et ne sont pas encore rentrés chez eux. Le fokontany d’Ambatolahy vient d’être assiégé par cinquante dahalo armés jusqu’aux dents pour dépouiller les villageois.

« Cinq maisons et deux épiceries ont été cambriolées. Un mort a été également constaté », a communiqué la gendarmerie. La victime est un guide touristique temporaire du centre Valbio, dans le parc, selon les précisions obtenues. « Il est sorti de sa maison alors que les malfrats étaient déjà au village. Les bandits n’ont pas hésité à lui tirer dessus », a raconté un membre du comité de vigilance locale.

Des gendarmes se sont déplacés pour intervenir. Leur 4×4 a été abandonné un peu plus loin avant de continuer à pied, pour prendre la troupe armée en chasse. Or, celle-ci, dans le noir, les a mis au défi. Des échanges de tirs ont duré environ une heure. Tout cela s’est passé dans le fokontany d’Ambato­lahy. Entre-temps, la population locale s’est mise à l’abri dans la forêt, d’autres civils ont regagné Ranomafana.

Zone à risque
« Au final, les dahalo ont battu en retraite et vidé les lieux avec leur butin. Le guide n’a pas pu être sauvé », se désole un employé du centre Valbio.
Lors de cette invasion, les taxi-brousses et véhicules de touristes ont été obligés de s’arrêter et se regrouper à quelques kilomètres d’Am­batolahy. Certains automobilistes ont préféré rebrousser chemin. Selon le directeur du centre, vendredi au téléphone, la situation semble déjà se rétablir, mais la pani­que et l’émotion restent toujours vives chez les gens. « Depuis deux ans, les attaques de dahalo ont exacerbé les habitants et ont semé la terreur dans cette localité », a-t-il souligné.

D’ores et déjà, les villageois interpellent les autorités pour se pencher sur cette situation terrible rythmant leur quotidien. Autrement, cette zone deviendrait à risque pour les touristes.
D’après les explications du colonel Ravoavy Zafisam­batra, directeur de la sécurité et des renseignements (DSR) de la gendarmerie nationale, Ranomafana figurera parmi les sites qui bénéficieront d’un renforcement de la sécurité.

 

2 commentaires

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • Tsy fahandriam-pahalemana no tena misakana tsy fampandrosoana be dia be eto amintsika amin’izao fotoana izao. Efa mandray andraikitra hamahana anio olana io ny gouvernemanta fa mila ny fifanampian-tsika izy fa tsy vitany sy mpitandro filaminana irery no miady amin’izany

  • Efa nanjaka ela t@iny faritra iny ireo karazana tsy fandriampahalemana maro! Mila jerena ifotony ireo antony mahatonga izay mba hananan’ny vahoaka fiainana milamina indrindra @zao vanim-potoana manakaiky fifidianana izao.