Actualités Politique

Public-Privé – La méconnaissance des textes prime

Bien qu’établie par un décret, la plateforme public-privé reste encore méconnue. Une séance de dialogue sur les rôles et attributions de chacun est prévue.

Pas assez de communication. Pour pallier ce problème qui existe dans la relation public-privé, une séance de dialogue Public-Privé aura lieu demain. « Beaucoup d’opérateurs ne sont pas au courant que les remboursements de TVA figurent dans la loi de finances 2017 », s’étonne un directeur au sein du ministère de l’Industrie et du développement du secteur privé (MIDSP). Un opérateur de Toliara s’indigne quant aux taxes qu’il doit réellement payer pour ses activités d’hôtellerie. « On m’a sommé de payer telle taxe à Toliara et une autre auprès du guichet unique de l’EDBM, dans la capitale », indique-t-il. Le problème du dialogue entre Public et Privé ne concerne pas seulement ces deux cas. Ce sont des exemples comme tant d’autres. « On entend souvent le terme Public- Privé mais beaucoup ne comprennent pas son sens réel », déclare encore le responsable du ministère.
La plate-forme Public-Privé a été mise en place par le décret 2015-915 dont le principal but est d’améliorer le climat des affaires en rendant effectif le dialogue Public-privé. La plateforme est l’instance suprême de décision et d’orientation des relations entre l’État et le secteur privé.

Rôles
Le secteur public regroupe tous les ministères, la primature et la présidence de la République. Celui du privé comprend les groupements (GEM, GEFP, FIVMPAMA, EFOI), le syndicat des industries (SIM), la fédération des Chambres de commerce et d’industrie, l’office National du tourisme, la Chambre des Mines et la chambre d’Agriculture. La plateforme est dirigée par la présidence de la République. Elle est structurée en comité de pilotage, en commissions et en secrétariat technique. La plateforme définit les orientations en matière d’amélioration de l’environnement des affaires et arbitre les désaccords qui pourraient survenir au niveau du comité de pilotage. Ce dernier est l’organe de concertation entre l’État et le secteur privé et est présidé par le MIDSP. Il contribue notamment à la formulation des politiques économiques et à l’élaboration des textes règlementaires et législatifs ayant une incidence sur les activités du secteur privé. Les commissions sont les représentants du secteur privé et du secteur public concernés par les sujets à l’ordre du jour. Le secrétariat technique (EDBM) prépare les dossiers techniques à soumettre au Comité de pilotage et à la plateforme et évalue, entre autres, l’impact des décisions arrêtées. Le secrétariat dont la communication interne et externe de la plateforme Public-Privé a réellement encore des efforts à faire.

Mirana ihariliva