Actualités Culture

Hôtel de l'avenue – Serge Ramiandrasoa Band réjouit les amateurs de danse de salon

Une charmante épopée nostalgique dans le temps, en musique et en danse. Le rendez-vous avec Serge Ramiandrasoa et son groupe sur la scène de l’Hôtel de l’Avenue Analakely, hier après-midi, a conquis le public. L’évènement s’est affirmé comme un vibrant hommage à cette époque festive des années 60 aux années 90, durant lesquelles les fameuses boums ou surprise-party fédéraient amateurs de danse et fêtards de tous âges. Cette toute nouvelle formule dominicale d’hier a été lancée par Serge Ramiandrasoa, sportif aguerri, anciennement président de la Fédération malgache de tennis, comme des retrou-vailles mélodieuses destinées à un public de toutes les générations.
Tel un « Thé dansant » comme les apprécient les aînés, le concert, tenu hier, a envoûté les mélomanes par les interprétations du groupe et de son fervent meneur des grands standards de la musique. Laissant la part belle à un répertoire qui invite continuellement le public à danser, Serge Ramiandrasoa Band exulte autant qu’il charme par sa prestation durant deux bonnes heures.
« C’est une grande joie pour nous que d’avoir fédéré chacun d’entre vous pour cet évènement. Cela prouve que la musique est universelle, vive cette musique qui nous procure joie et allégresse » a souligné Serge Ramiandrasoa en entamant la fête.
Le chanteur Davis Franklin, qui était de passage, ne s’est d’ailleurs pas privé de festoyer avec le groupe à l’occasion. Du bon vieux rock de Johnny Halliday, en passant par les rythmiques jazzy de Louis Armstrong et Harry Belafonte, le concert s’est animé en valorisant tous les genres de danse de salon. Du cha cha cha au tango, en passant par le séga, la valse et évidemment le rock’n’roll et l’incontournable Madison, ce fut véritablement la fête pour le public au sein de l’Hôtel de l’Avenue. Amateurs de danse et de moment mélodieux et nostalgique, le Serge Ramiandrasoa Band se produit chaque premier dimanche du mois, entre autres au Café de la Gare, au Sakamanga et l’Hôtel du Louvre, ainsi que l’Hôtel de l’Avenue avec cette même formule.

A. P. R