Actualités Faits divers

Vol à main armée – Un policier chauffeur d’escorte écroué

Un policier braqueur a passé 48h en cellule à la brigade criminelle, à Anosy avant d’être écroué à Tsiafahy, hier. Il s’agit d’un stagiaire, chauffeur d’escorte.

Stop au corporatisme. La police nationale, parfois critiquée pour violences et bavures commence à jouer la carte de la transparence pour redorer son blason. Un policier stagiaire connu sous sa fonction de « chauffeur d’escorte » du ministre de la Sécurité publique a été arrêté, jeudi à 19h 30 par les éléments mixtes, vigiles du sénat, à Anosy pour vol qualifié. Le parquet l’a ensuite placé sous mandat de dépôt à la maison de force de Tsiafahy.
Jeudi soir, ce policier cagoulé a mis le grappin sur le sac banane contenant de l’argent du pompiste d’une station-service à proximité. Sous la menace d’une arme à feu, ce dernier n’a pu signaler son agent de sécurité qu’après la fuite du bandit. Le voleur s’est vélocement dirigé vers Anosy. Il a été poursuivi par le gardien de la station-service et a été retiré dès qu’il est monté dans un bus d’Andoharano­fotsy, d’après les témoignages obtenus.
Le voleur a tiré sur l’agent de sécurité, mais l’a raté. « La cartouche de son pistolet tombait par terre lors d’un deuxième tir. Attrapé, son arme a été également récupérée et confisquée », a indiqué le chef d’escadron Herilala­tiana Andrianarisaona, chef du service de la communication et des relations publi­ques de la gendarmerie.

Mesure
Interrogé sur place, le fuyard a essayé de bomber le torse en révélant son identité policière. Pour autant, il a été embarqué par les éléments de la brigade criminelle pour enquête. La grande famille de la police nationale a accusé le coup, hier en réprimandant le braqueur. « L’autorité publique n’est pas faite pour s’abriter en profitant d’une manœuvre déloyale », a précisé sérieusement un enquêteur de la BC.
Soumis à un feu roulant de questions, toute la journée d’hier, ce policier n’a pas donné assez d’indices sur ses intentions de mouiller sa chemise. Le ministre de la Sécurité publique, Mamy Jean Jacques Andrianisa a confirmé au téléphone, hier qu’il s’agit d’un chauffeur d’escorte, mais non son chauffeur personnel.
Les décisions et mesures disciplinaires que prennent les supérieurs est en parallèle à celles du parquet, selon le service de l’information, de la communication et des relations avec les institutions (SICRI) de la police nationale, hier. « Si le tribunal le jette en prison, il sera donc révoqué. La police abat maintenant ses cartes qui est de reconquérir le cœur et la confiance du public par la transparence », a indiqué le chef de ce service. Une enquête a été également ouverte sur l’arme de poing utilisée par le malfaiteur si elle lui appartient ou pas.
L’argent volé a été déjà restitué au pompiste. Ce policier ayant terni l’image des forces de l’ordre a été traduit devant le parquet du tribunal de première instance d’Anosy et a été incarcéré à Tsiafahy en attendant son procès.

Hajatiana Léonard

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • Décidément, cette immuable expression est inscrit dans le manuel de base de journalisme à Dago puisque cette fois ci c’est Hajatiana L. et non plus Seth qui l’utilise: !!!
    Quelle mentalité?! Parce qu’il est pôlicier , ou autre agent des forces de sécurité, ce type se croit « au dessus des lois »et se croit IMPUNI.!?
    Comme un gamin de 5 ans qui veut fuir, il a pris un transport en commun. MdR…!