Social

Épidémie – La propagation de la rougeole échappe à tout contrôle

Des équipes du Bureau municipal d’hygiène (BMH) ont désinfecté le foyer d’une famille où la mort d’une victime de la rougeole a été déclarée

Les chiffres sur la rougeole explosent. Six mille six cent malades sont recensés. La transmission de la maladie est hors contrôle.

La propagation de la rougeole est incontrôlable. Hier encore, des nouvelles victimes, dont des adultes, ont été hospitalisées. C’est le cas, par exemple, dans un centre de santé de base à Avaradrano et dans les hôpitaux des enfants à Antananarivo. Classée comme très contagieuse, cette maladie se transmet par voie aérienne, lorsqu’une personne infectée tousse, éternue, ou postillonne, pourtant, les mesures de prévention de transmission sont faibles par rapport à l’épidémie de peste pulmonaire urbaine de 2017 où les moyens déployés et les dispositifs mis en place ont été importants, pour couper la chaine de transmission.
Des agents de santé laissent la famille des malades hospitalisés pour complication de rougeole, leur rendre visite sans équipements de protection. Ces malades devraient, pourtant, être isolés pour éviter de contaminer d’autres personnes, surtout, si ces dernières ne sont pas vaccinées. Et de nombreuses personnes ne sont pas immunisées à Madagascar. Dans des cabinets médicaux privés et d’autres centres de santé, des malades affectés par le virus qui toussent et qui éternuent, se mêlent à des individus sains, sans équipement de protection. Les agents de santé ne portent pas non plus cet équipement.

Renforcer l’immunité
Les dispositifs de prévention de la transmission de la maladie sont tout aussi dérisoires dans les établissements scolaires. Dans une école privée à Antananarivo, une dizaine de lycéens de la même classe sont tombés malades ces derniers jours. Dans l’école primaire publique d’Antanimbari-nandriana, une cinquantaine d’élèves vaquent les cours à cause de la maladie. Des enseignants avouent ne pas prêter attention à cette mala-die. « On ne nous a pas donné de consignes sur la surveillance de la maladie, en classe. On ne connait même pas les symptômes», confient quelques-uns. Par ailleurs, la recommandation d’éviction scolaire de quinze jours pour éviter la transmission de la maladie, n’est pas respectée. Au bout d’une semaine, des victimes rejoignent l’école.
« Le ministère de la Santé publique a déjà lancé une campagne de vaccination contre la rougeole chez les moins de 5 ans, mais beaucoup l’ont refusée. Nous avons aussi sensibilisé sur l’éviction scolaire et professionnelle. Mais on ne nous a pas écoutés. Cette mala-die est sous-estimée », regrette le Dr Bodo Ramamonjisoa, directeur du Programme élargi de vaccination. Mais même les personnes déjà vaccinées sont touchées par la maladie. «Tout le monde, même moi, peut attraper le virus. Il est important de renforcer notre immunité pour nous protéger. Mangez bien et buvez beaucoup d’eau», explique le médecin d’un cabinet privé à Ambohi-mangakely.
Six mille six cent personnes ont été touchées par cette maladie dans trente quatre districts, depuis le début de l’épidémie, jusqu’au 1er décembre, selon le ministère de la Santé publique. Les quatre mille ont été répertoriés à Antananarivo..