Faits divers

Maurice – Lourde peine de prison pour un Malgache

Hervé Michel Andriantsara s’est fait coincer à son débarquement à l’aéroport de Plaisance.

Jugé par la cour d’assises mauricienne , un Malgache de 38 ans a écopé de vingt trois ans de prison. Il a passé ces quatre dernières années en détention préventive.

Du grain à moudre. Hervé Michel Andrian­tsara, un Mal­gache âgé de 38 ans, a écopé d’une lourde peine pour trafic d’héroïne, à l’issue de sa comparution devant la cour d’Assises mauricienne avant-hier. Au bout de près de quatre ans de séjour carcéral dans l’île voisine, le voilà condamné à vingt-trois ans de prison ferme. Les 1 374 jours qu’il a passés en détention préventive seront en revanche déduits de la sentence prononcée.
Les faits remontent au 20 décembre 2014. L’accusé venait de descendre d’un avion en provenance d’Anta­nanarivo, à l’aéroport international de plaisance,
lorsqu’il était tombé dans le filet tendu par la police antidrogue. Un passage au scanner corporel avait révélé la présence de substances organiques dans son estomac. Lorsqu’il fut conduit à l’hôpital de Rose-Belle à Port Louis pour évacuer le produit suspect, quatre-vingt-dix boulettes d’héroïne avaient été découvertes.
Le produit stupéfiant retrouvé pesait au total un peu moins d’un demi-kilo pour une valeur de 657 millions d’ariary. Lors des enquêtes préliminaires, il s’est avéré que l’héroïne provenait de Madagascar. Le Malgache aurait agi dans le sillage d’un trafiquant inter-îles, dont l’identité semble inconnue.

Passé criminel
D’après ses déclarations, il pensait qu’il devait faire passer en contrebande de la poudre d’or, c’est pourquoi il aurait accepté d’ingurgiter les boulettes. Il n’ignorait pas toutefois, que l’opération est pénalement répréhensible. Lors du procès, Hervé Michel Andrian­tsara avait reconnu qu’il avait reçu pour consigne de porter des vêtements qu’on lui avait indiqués pendant la livraison. Ceci pour que les autres membres de la filière, basés à Maurice, puissent le reconnaître facilement.
Les limiers avaient organisé une livraison contrôlée au point de rendez-vous fixé par les trafiquants à Plaine-Verte, mais le complice local qui devait récupérer la drogue, leur avait faussé compagnie.
Hervé Michel Andrian­tsara pas n’en était apparemment pas à son coup d’essai à la lumière de ce procès. En 2013, il aurait déjà fait office de mule. Il aurait conclu un accord avec un trafiquant de drogue répondant au nom d’Éric, pour se livrer à une contrebande vers l’île Maurice. Il avait affirmé qu’il avait avalé douze boulettes qu’il croyait être de la poudre d’or. Si l’opération avait réussi, il aurait reçu 1 500 dollars de celui qui serait venu récupérer le colis devant
une auberge de Baie-du-Tombeau.
L’accusé n’a pas obtenu la clémence de la cour d’Assises mauricienne, bien qu’il ait manifesté du remords et des regrets devant le tribunal et l’ensemble de la société mauricienne. En prononçant le verdict, la cour a signifié que des actes qui nuisent à la société, ne sauraient être tolérés.

 

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • La punition est un peu sévère mais pour faire passer le méssage aux autres trafiquant, il faut prendre des mesures adéquats.
    C’est pour cela que Maurice se developpe largement comparé à nous, tous le monde est en dessous des lois, ici à Mada nombreux sont au dessus des lois