Actualités Politique

Jean Max Rakotomamonjy – Le candidat du Leader conteste la précampagne

Le candidat du Leader Fanilo veut rester dans l’axe des principes de son fondateur.

Jean-Max Rakotomamonjy, président du Leader-Fanilo est prêt à entreprendre un combat pour la présidentielle de 7 novembre 2017. C’est l’impression qui s’est dégagée lors d’une rencontre avec quelques ténors de ce parti, hier, dans la capitale. « Sa candidature n’est pas fantaisiste mais relève d’une profonde réflexion personnelle et concorde avec la conclusion tirée des échanges sur les échecs des projets de développement successifs », signale Jean-Jacques Rasamoelina, secrétaire général du parti.
Le parti créé en 1992 par feu Herizo Razafimahaleo en pleine transition vers la troisième République,  brandit toujours la défense du libéralisme démocratique à Madagascar. Leader est en fait l’abréviation de « Libéralisme Economique et Action Démocratique pour la Reconstruction Nationale ». Cette reconstruction nationale est toujours d’actualité en cette année 2018, 26 ans après !
« Certes, il y a une divergence de vues avec certains fondateurs du parti, mais nous osons dire qu’actuellement, le Leader-Fanilo milite pour un État de droit, une gestion transparente des affaires de l’État, et cela sur les valeurs et principes de base du parti qui sont l’éthique et l’honnêteté », renchérit Toto Alphonse, vice-président du parti.
La candidature de Jean-Max Rakotomamonjy découle d’une suite logique des décisions prises lors du dernier conseil national organisé les 1er et 2 juin 2018 à Ambositra, ville natale du fondateur avec des participants représentatifs issus de toutes les structures dans les 22 régions de Madagascar. Au cours de ce congrès, il a été décidé que le Leader-Fanilo aura un candidat aux prochaines présidentielles.

Indigne
Au-delà de la lutte contre la corruption et la pauvreté, Jean-Max Rakotomamonjy militera pour une décentralisation effective. Après avoir exercé les mandats de maire (commune urbaine d’Andapa), de conseiller provincial (province d’Antsiranana), de sénateur et de député (élu à Andapa), il figure parmi les rares politiciens qui maîtrise les problèmes de décentralisation et de déconcentration. Dont les pierres d’achoppement se résument à l’absence des transferts de ressources humaines et financières auprès des collectivités. En ce sens, il continue l’œuvre initiée par Herizo Razafimahaleo dont le score atteignait déjà près de 10 % lors des présidentielles de 2006 qui l’opposait à l’omnipotent Marc Ravalomanana, réputé pour son hostilité à l’endroit des intellectuels non merina. Il prônera ensuite une plus grande autonomie pour les régions dans la prise d’initiative dans le cadre du développement des collectivités territoriales.
Aussi, il lance un appel pressant aux jeunes, 60 % de la population malgache, pour qu’ils s’engagent de manière directe et conséquente afin de garantir la prospérité de notre patrie.
Comme le réaffirme Toto Alphonse, le Leader-Fanilo optera pour « une politique autre », « c’est-à-dire qu’il faut arrêter la démagogie et se focaliser sur l’éducation et la conscientisation. Seul un peuple instruit et conscientisé peut concrétiser un vote responsable». En conséquence, Jean-Max Rakotomamonjy n’abreuvera pas d’illusions et de fausses promesses l’électorat. Au contraire, il élèvera le débat sur les véritables enjeux d’un projet de société démocratique et libéral.
Légaliste, il se refusait à se lancer dans une précampagne indigne d’un homme d’État et contraire aux préceptes démocratiques que certains ignorent. Aussi préfère-t-il s’enrichir d’expériences par divers contacts et conférences, comme celle qui se tient actuellement à New York (USA) sur la paix pour pouvoir les appliquer par la suite dans le contexte. Il participe en effet à un sommet international sur le thème de la paix et de la mise en œuvre des objectifs de développement durable (ODD) organisé par la Coalition internationale pour l’Ethique Globale, dans le cadre de la stratégie mondiale des Nations Unies sur la lutte contre le terrorisme, en tant qu’intervenant et invité spécial.

Recueillis par Eric Ranjalahy

5 commentaires

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • Rehefa tena akaiky fifidianan dia mahita atao avokoa ianareo kandida. Samy maneho izay maha izy azy avy. Ny tena olana dia ianareo ihany no mandoto ny tenanareo ka izany no mahatonga ny mpifidy tsy hidisy anareo.

  • Mahay manao cinema daolo ireto mpifaninana mafana fo ireto ka! h@zay tsy hita izay fanehoan-kevitra sy fanambarana ny @ fanoherana fa izao vo mody milaza zavatra izay tsy azo atao intsony! Sa ve sanatria fiantsiana ady no dikan’izany???

  • efa miha akaiky ny fotoanan’ny fifidianana, ka mihazakazaka daholo ireo kandida mba hambaboana ny fon’ny olona, hita fa maro ireo mpiatsara ivelatsihy fotsiny fa tsy ao aminy ilay tena fanasoavana vahoaka.

  • Samy manana ny lazainy marina izy ireto samy mahita atao. Fietsiketsehana daholo no be dia be fa rehefa tonga tokoa ny tokoa dia tsy misy apoka fa mifampijerijery fotsiny. Akaiky ny fifidianana ka be lazao.

  • Ethique et honnêteté? Désolé mais à ce qu’on a vu, il est parmi l’un de ces députés et soi-disant élus qui visiblement ne pensent qu’à leurs 3V et évidemment à se remplir les poches, corrigez-moi si je me trompe. Et dire en plus qu’il ose prétendre à apporter du changement. Bref, des discours pareils, on en entend tout le temps et comme d’habitude on s’enfonce de plus en plus dans la misère, humainement que matériellement.

Publicité

Publicité

Publicité

Publicité