Economie

Volobe – Démarrage des travaux préliminaires fin 2019

Vue d’en haut de site de Volobe.

Continuité de l’État. Annoncé comme l’un des projets structurants phares du feu «Fisandratana 2030» de l’ancien Président Hery Rajaonarimampianina, la construction du barrage de Volobe devrait faire les beaux jours de l’Initiative pour l’émergence de Madagascar (IEM). Continuité de l’État oblige, un communiqué de la Compagnie générale d’hydroélectricité de Volobe (CGHV réunissant Jovenna, Colas et les investisseurs SN Power et Africa 50) fait savoir que les travaux préliminaires devraient être lancés vers la fin de l’année. Cela fait suite aux différentes études de faisabilité qui ont été réalisées à savoir une étude sur la pluviométrie, une cartographie digitalisée du site pour limiter les risques géologiques, des forages de plus de 100 m pour connaitre la nature du sous-sol et les études environnementales et sociétales menées pendant plus d’un an pour évaluer les conséquences du projet.
Les travaux préliminaires concernent la préparation de la route d’accès, la construction de la base-vie et l’acheminement des équipements entre autres.

Gagnant-gagnant
Le barrage de Volobe, situé dans la région Atsina­nana, a été désigné comme le projet hydraulique prioritaire pour Madagascar avec une mise en service prévue 2022-2023. Il devra produire à lui seul une moyenne de 750 Gigawattheure par an soit près de 40% de la production actuelle. Il bénéficie du soutien de la Banque mondiale et de la Banque africaine de développement.
Le projet a vu la signature d’un accord cadre au mois de décembre entre l’Etat, la Jirama et la CGHV en vue de la signature des contrats de concession et d’achat d’électricité avant fin juin 2019. D’après le directeur général de l’Énergie au sein du ministère de l’Energie, de l’Eau et des Hydrocarbures Tsiry Andriantahina, les négociations suivent leur cours. «Elles concernent les éléments techniques et surtout financiers. L’idée est d’avoir le prix d’achat le plus bas dans un esprit gagnant-gagnant car il ne faut pas oublier qu’il s’agit d’un partenariat public-privé», souligne notre interlocuteur qui précise que le changement de régime ne change rien aux discussions.
Tsiry Andriantahina d’ajouter que le gouvernement poursuit les efforts entamés sur le front de l’énergie renouvelable, condition sine qua non pour avoir une source d’énergie à moindre cout. En plus de Volobe, Madagascar devrait également voir sortir de terre le barrage de Sahofika d’ici 2024. En attendant la mise en place de ces infrastructures, le gouvernement essayera de maitriser le cout de production en négociant avec les concessionnaires et en favorisant l’hybridation des centrales thermiques. Par ailleurs, le directeur déclare que le marché de la production d’énergie est encore très ouvert avec un taux d’accès de 15 %.

Tolotra Andrianalizah