Region

Mahajanga – Sept tonnes de crabes perdues en une journée

Les collecteurs de crabes s’insurgent contre l’interdiction provisoire de l’exportation de ce produit. 

Grogne des opérateurs et collecteurs de crabes, la semaine dernière à Mahajanga. Les exportateurs chinois de crabes ont refusé d’acheter leurs marchandises face à la note ministérielle ayant suspendu l’exportation de ce produit halieutique.
Ils ont ainsi fait appel au Réseau provincial de défense des consommateurs (RPDC). La Préfecture de Mahajanga a réuni les collecteurs en présence du président de cette entité et a calmé les esprits de tout le monde.
Le préjudice est de sept tonnes de crabes non achetées par les acheteurs en une journée, le lundi 28 janvier. Les opérateurs ont ainsi déploré la décision du ministère car pour eux, c’est une grosse perte. De plus, ils ont investi beaucoup d’argent dans la collecte de ces marchandises et courent à une perte et à la faillite, actuellement, faute de preneur.
Le directeur régional de la Pêche du Boeny a, par contre, expliqué qu’il ne s’agit pas de fermeture de la campagne de crabes mais une note provisoire de suspension de l’exportation.
« Il faut respecter la norme exigée et la période de reproduction. Les crabes de moins de 11cm sont interdites de vente », a souligné le directeur.
En tout cas, au marché, l’on ne retrouve pas de crabes de gabarit mais de petite taille, souvent à cause de l’exportation de celles aux normes. Les concernés attendent le dénouement de cette affaire mais pour l’instant, aucune exportation n’est autorisée. Et cette situation provoque un stockage inévitable des produits.