Politique

Présidentielle – Les alliances se précisent

Manandafy Rakotonirina a révélé hier son choix.

Les jeux d’alliance du second tour sont basés sur les calculs de circonstances et les affinités. Depuis la fin de la semaine, les déclarations de soutien se multiplient.

Intérêt et principal. Les journalistes ont eu une longue journée, hier. Les conférences de presse se sont enchaînées. Les formations politiques et les candidats perdants du premier tour ont fait savoir leurs positions « après concertations et mures réflexions ». D’un côté, Rolland Ratsiraka, Jean Max Rakotomamonjy et Joseph Martin Randria­mampionona dit Dadafara ont annoncé leur soutien à Andry Rajoelina. De l’autre côté, Solonandrasana Olivier Mahafaly, Ny Rado Rafali­manana, Serge Jovial Imbeh, Radavidson Andriamparany, ont emboîté les pas de Fanirisoa Ernaivo dans le camp de Marc Ravalo­manana. Le candidat Tabera Randriamanantsoa, quant à lui, a choisi de laisser aux électeurs le libre arbitre.
La veille du début de la campagne électorale pour le second tour, des associations et des partis politiques plus ou moins connus n’ont pas manqué de signaler leur présence dans la course. Ainsi, Manandafy Rakoto­nirina et son parti mpitolona ho an’ny fandrosoan’i Madagascar (MFM) a décidé de s’aligner dans le camp de Marc Ravalo­manana « sans pour autant intégrer le Komity manohana an’i Marc Ravalomanana (KMMR) ». Il en est de même pour la chanteuse Ninie Donia.
En l’absence d’une idéologie politique claire, les jeux d’alliance sont souvent décidés par affinité, opportunité, logique politique, calcul de circonstance ou convictions. Les candidats qui souhaitent mettre les chances de leur côté ne peuvent pas se permettre de refuser ces soutiens.

Dénigrement
La traduction de ces déclarations en actions est toutefois à vérifier. Une grande partie des deux cent-dix partis politiques inscrits au ministère de l’Intérieur et de la décentralisation ne dispose même pas de membres à la base, donc une faible capacité de mobilisation.
Dans l’histoire récente de Madagascar, les jeux d’alliance sont souvent éphémères. Dans la quasi-totalité des déclarations, la mention « soutien sans conditions » est récurrente. Toutefois, une ou des contreparties plus ou moins grandes se négocient souvent dans les coulisses. En 2014, plusieurs candidats à la présidentielle ont intégré le premier gouvernement de Hery Rajaonarimampianina. Ceux qui ont raté le coche rejoignent l’opposition et entament une campagne de dénigrement.
Les deux candidats ont déjà occupé le poste de la magistrature suprême. Dans l’exercice de leur fonction, ils se sont créés des réseaux d’amis, d’affidés mais aussi beaucoup d’ennemis. À cause de la perméabilité des lignes politiques, les conséquences des choix de positionnement de ces comités de soutien peuvent être
désastreuses. Vu les scores obtenus par les autres candidats au premier tour, l’impact de leur soutien sur la performance des finalistes est à vérifier ainsi que les retombées positives ou négatives y afférentes.

 

10 commentaires

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • c’est très logique si les MFM soutien Marc Ravalomanana,vue que c’est Manandafy qui est le chef,ils vont essayé de poursuivre avec leur ancien équipe toujours sur le chemin d’un jeune

  • Fotoa tokoa izao amin’ny fanaovan’ireo kajikahy politika maro samihafa, samy miaro ny rambony tsy ho tapaka tokoa mantsy ireo. Ny faniriana fotsiny dia ny tsy hisian’ny disadisa politika ka hitarika korontana ho an’ny vahoaka fa mba ho fifidianana mendrika sy madio ary hendry.

  • Ao amin’ingahy Ravalomanana no mety heverin’ny olona sy ireto mpanao politika ireto fa ho gaboraraka ny fitondrana nohon’ny tsy fahaizany mitantana ka tsy mahagaga raha mifanesika ao aminy daholo ny mpitady tombotsoa rehetra.

  • Samy manao ny kajikajiny ny tsirairay ary samy manohana ny azy, fa amiko maro ireo mijapy masinina mandeha fotsiny ary hanararaotra hanangona ny harenan’ny malagasy ihany izy ireo.

  • Politika daholo izao ka tokony tsy atao ahagaga,fa ny hafatra hampitaina amin-tsika vahoaka dia hoe aza manaiky ataon’ireo mpanao poltika fitaovana intsony,izay mahasoa ny firenena no tokony jerena.

  • Bien ce n’est pas étonnons venant des MFM mais vous croyais quoi ! Je redis encore ils sont pareil c’est normale si ils se soutiennent ! De plus Manadafy en tête ?! Ehe !

  • ANR n ‘a pas peur des éventuelles alliances du dernier jour. En fait, ça changera pas grande chose car le coeur du peuple Malagasy appartien dejà à celui qui donne de l’espoir pour le futur. C ‘est le N¨°13.

  • Raha tsy hankany @ DJ zany dia hiondrana any @ fivarotana ronono ah!!! Ataovy ny safidinareo fa tadidio fotsiny oe ho an’ny vahoaka sy ny firenena daholo no anton’izao rehetra izao fa aza dia faly hitady fitiavan-tena isan’andro izao eh!!!

  • tsy misy raharaha vanona eo nizaniza lany eo satria mpifahavalo mihitsy ireo ary ny mpomba azy ireo no nifampiteny ratsy sy nifanompa nifanebatebaka ratsy tetsy @ FB. Izay mantsy no mba fantatry ry zareo mba ho —fitaizana ny Vahoaka_ !! Mampalahelo be !!!!

  • Sady kandidà samby tsy mahazaka tsikera avokoa ireo ary tsy mahazaka demaokirasia! Vao mitsikera dia tadiaviny enjehina ary tena LOZA ho an’ny firenena malagasy izy mirahalahy kandidà!