Océan indien

Portrait – «M. Rakoto», motivé à Sainte-Marie

Un selfie matinal bien mérité devant son collège après 1h15 de marche.

Vous l’avez peut-être croisé sur vos routes entre Saint-Denis et Sainte-Marie: situation oblige, il prend son mal en patience et s’en va au travail à pied sur une distance de 10 km environ. Ces derniers temps en effet, il est difficile de se déplacer dans l’île sous peine d’être bloqué dans les embouteillages, sans parler de la pénurie de carburant et de l’instabilité dans le réseau des transports en commun.
Lui, c’est Lova Rakoto, CPE dans un collège de Sainte-Marie. Depuis son domicile à Bellepierre, il a décidé de se rendre à pied à son collège.
Trois fois depuis le début du mouvement, pour «honorer son contrat» comme il l’aime si bien dire en ajoutant : «J’ai une philosophie de vie qui est à base d’amour et de respect des règles et de la nature», dit-il. Sa petite «titine», elle, ne passe plus au contrôle technique avec la nouvelle réforme critiquée par les «gilets jaunes»: «Je peux les comprendre car la vie est chère à La Réunion. Arrivé à un certain moment, il faut manifester son mécontentement même s’ils peuvent entraver la libre circulation des personnes et des biens dont je suis particulièrement victime. Cela ne m’empêche pas d’aller travailler : c’est ce que j’appelle la tolérance, concéder une
liberté pour améliorer son niveau social».
Une fois arrivé au collège après avoir entrepris le sentier littoral nord, il s’affaire à sa mission d’éducateur. «Toute la communauté éducative de l’établissement est ravie que les choses repassent peu à peu à la normale car l’éducation ne peut pas attendre dans ce monde où le contexte socio-économique se dégrade inexorablement», conclut-il.

© JIR