Océan indien

Météorologie – La saison cyclonique redémarre

La mousson est un paramètre important dans le processus de cyclogénèse.

Le centre régional spécialisé cyclone de la Réunion parle d’une probabilité de cyclogénèse au-dessus de la normale à partir de la mi-décembre sur l’Ouest du bassin.

Comme prévu, la fin du mois de novembre a été calme en termes d’activité cyclonique dans le bassin Sud-Ouest de l’océan indien. Cette accalmie pourrait se prolonger durant le début Décembre.
En revanche, les conditions dans le bassin vont évoluer au cours des prochaines semaines de manière à redevenir propices à la cyclogenèse (processus de formation des cyclones tropicaux). C’est ce qu’indique Météo France dans ses tendances pour le mois de décembre.
Selon les prévisionnistes cyclone du Chaudron, la probabilité de cyclogenèse apparait supérieure à la normale à partir de la mi-Décembre sur la partie Ouest du bassin. Météo France se base sur la prévision mensuelle du centre Européen (CEP), qui suggère un risque accrue d’activité cyclonique à partir de cette échéance.
Cette prévision est une réponse au retour attendu d’une phase active de l’oscillation de Madden-Julian (MJO) dans l’océan Indien. Je rappelle que la MJO est un phénomène se déplaçant d’Ouest en Est le long de l’équateur, associé à une anomalie de la vitesse des vents en altitude et instaurant généralement un contexte favorable à la cyclogenèse lorsque celui-ci est en phase active. A contrario, l‘activité cyclonique est inhibée lorsque la MJO est en phase sèche.

Flux d’air chaud humide
C’est ce phénomène qui fut le moteur de l’activité cyclonique dynamique ayant conduit à la formation du cyclone tropical intense Alcide et de la forte tempête tropicale Bouchra durant les deux premières décades de Novembre.
Le retour de la MJO devrait être associé à la mise en place de la mousson typique de l’été Austral. Ce flux d’air chaud et fortement humide en provenance de l’hémisphère Nord affecterait le Nord du Canal du Mozambique et les Seychelles vers la deuxième décade de décembre.
La mousson est un paramètre important dans le processus de cyclogénèse. En effet, Les perturbations tropicales raffolent de ce flux venant de Nord chargé en humidité. Sa mise en place devrait donc être la aussi un facteur favorable à l’activité cyclonique ces prochaines semaines.
Comme vous pouvez le constater, la MJO est un indicateur important permettant d’anticiper les périodes d’activité et d’inactivité à travers les bassins cycloniques du globe.
Ne reste plus maintenant qu’à attendre les premiers signes d’activité suspecte qui devraient logiquement se faire jour au fur et à mesure que la MJO se propage dans l’océan indien.
Patrick Rabeson, éditeur du blog CycloneOI.com

© JIR