Actualités Economie

Exportation – Le label Horeb revoit l’image des produits

Le litchi, poids du cap, bientôt la vanille… tout est en train de perdre leurs valeurs sur le marché international. Devant ce tableau très sombre, certains producteurs ne ménagent pas leurs efforts pour regagner la confiance des importateurs. « Les produits malgaches ont perdu jusqu’à 30% de leur côte sur le marché international. Avec le label Horeb, nous voulons renverser cette tendance en misant sur les normes sociales et environnementales et dépasser les référentiels internationaux », a soutenu Faly Rasamimanana, directeur général de Faly Export et initiateur de ce label de qualité.
Le label Horeb, qui se traduit par les indicateurs Hygiène, organisation et restauration de l’Environnement et de la biodiversité, a été créé en 2008 par ce chef d’entreprise. C’est un référentiel en produits d’exportations malgaches, fruits et légumes. Pour lui, ce label permettra de redorer l’image des produits malgaches et d’améliorer la condition de vie des paysans producteurs. Maintenant, Faly Export
s’engage à appuyer des coopératives dans la région Atsinanana et Analanjirofo.

Mesure d’accompagnement
Dans cette forme de collaboration, la coopérative Taratra, à Analanjirofo, a pu se procurer d’une voiture tout-terrain et d’un motoculteur, avec une prime versée à chaque paysan. Pour chaque kilo de litchi exporté, 4 centimes d’euros seront versés aux paysans mem­bres de cette coopérative.
Cette prime va se répercuter, par la suite, sur la manière même de produire et de vivre. « Cette démarche motivera les paysans quant
aux habitudes positives. C’est une sorte de mesure d’accompagnement afin qu’ils respectent l’environnement et se concentrent dans l’amélioration de la qualité de production. Ces paysans bénéficieront d’une sécurité sociale », a soutenu le directeur général
de Faly Export.
Mais le projet de Faly Rasamimanana ne s’arrête pas là. Cet exportateur se projette également d’implanter une usine de transformation de fruits dans ces régions. Des formations sur le séchage de fruits ainsi que l’acquisition de matériel nécessaire se feront dans les prochains mois. L’aventure ne fait que commencer.

Lova Rafidiarisoa