Actualités Culture

Antsahamanitra – « Tana in Rock » rassasie les métalleux

Électrisant de bout à l’autre, « Tana in Rock » organisé par Best Pro, a largement tenu ses promesses.

Après la pluie, place au beau temps pour tous les amateurs de rock. Le fait est que le dernier concert de rock à Antsahamanitra, qui s’est tenu durant le dernier week-end du mois d’août a laissé un goût amer. Le défi était ainsi de taille pour Best Pro, initiateur du rendez-vous « Tana in Rock » qui en est à sa deuxième édition. Redorer le blason du rock’n’roll auprès de ses fans, tel était le leitmotiv de cet événement d’ores et déjà incontournable pour l’univers du rock national.
Tout un week-end en ode à la musique métal et au rock dans toutes leurs splendeurs, c’est ainsi que s’est redécouvert le « Tana in Rock » cette année. Avec en tête d’affiche Nini du groupe Kiaka, Abass du groupe Apost, Ken de Mage 4, les illustres Batata et Niry de Iraimbilanja, Lija en solo, Jacquot de Green, Rheg et Iary, un spectacle qui fut de toute beauté. De quoi amplement rassasier l’appétit d’un public métalleux de tous âges et de tous horizons qui, le temps d’une soirée ainsi que d’un après-midi, ont vibré en communion aux rythmes de cette musique ardente. Tout a débuté vers 22h dans la soirée de vendredi au Dôme RTA Ankoron-drano pour un concert nocturne chaleureux et tonitruant. Bercé par le bruit des moteurs des grosses bécanes du « Club des Motards, Gros cylindrés » de la capitale, le concert du Dôme RTA, qui n’était que les prémices du grand rendez-vous d’hier, a relevé le défi.

« Longue vie au rock malgache! »
Tous se souviennent de l’ambiance déchainée qui régnait à Antsahamanitra deux ans passées maintenant pour la première édition du « Tana in Rock ». Son retour était ainsi attendu de pied ferme par tous les férus de rock de la capitale et on peut affirmer qu’ils n’ont pas été déçus du rendez-vous. Best Pro a mis les bouchées doubles hier en proposant à la fois une mise en scène digne de ce nom, mais également une sonorisation impeccable afin de satisfaire aussi bien les yeux que les oreilles du public. La scène de « Tana in Rock » était ainsi bien garnie et sublimée de couleurs vives et sobres à la fois où le rouge et le noir se sont mariés avec un jaune or symbole de prestige pour le rock national. Vers 15h, le rideau se lève, les premiers riffs se font entendre et la scène tremble aux enchainements de la batterie. Les « All stars » du rock national à l’affiche se présentent alors un à un sur scène, et ensemble, ils chantent un medley composé des plus grands tubes de chacun de leur groupe respectif.
Tel l’hymne de tous les fans de rock, « Revy sy vola ary rock’n’roll » fut également reprise ensemble, illustrant une fraternité intarissable entre ces stars du rock malgache. Face à la scène, le public, majoritairement vêtu de noir, se déchaine, enivré entre autres par l’interprétation énergique de « Kurde » du groupe Mahaleo par Apost. De même, Kiaka et son « Sovaly metaly » qui galvanise la foule, là où Rheg se plait à enchainer quelques pas de danses improvisés sur sa chanson « Mahasahisahy ». Iary quant à elle, fille unique du concert exalte la gent masculine de ses prestations, lui faisant cadeau de ses vestes que le public se dispute par la suite. Ceci-dit, « Tana in Rock », c’est aussi un pont entre les générations, ainsi qu’une preuve de respect entre les aînés et les jeunes. Ainsi , parmi les invités, on retrouvait le duo Kambana Metal qui a ravi l’auditoire de son passage. Balafomanga qui retrouve la scène depuis un bon bout de temps avec son « Inona no jerijerena » sur lequel le public a dansé le twist, mais également la jeune génération comme Angaroa, Allkyniah et Lokomotiv.
« Tana in Rock » promet de retrouver le plus tôt possible le public, en attendant des DVD de ce live seront édités dans les prochains mois.
Andry Patrick Rakotondrazaka