Economie

Pêche – Malentendu autour d’une convention

Hugues Ratsiferana rassure l’opinion publique.

L’accord signé entre la Chine et l’État malgache sur un investissement chinois d’exploitation des eaux territoriales malgaches ne fait pas l’unanimité.

Menace. Les organisations de la Société civile crient haut et fort que cette convention de partenariat, signée entre l’Agence malagasy de Développement économique et de Promotion des entreprises (AMDP) et le consortium d’investisseurs chinois Taihe Century Investments Developments Co,ltd, repose sur des fonds d’inquiétude, et doit être immédiatement suspendue. Une partie des activités est prévue démarrer vers la fin de cette année. Le montant global de l’investissement s’élève à 2.7 milliards de dollars, pour une durée courant jusqu’en 2026, et vise à monter des projets structurants dans le domaine de la Pêche, l’Aquaculture, de la lutte contre la Pêche illégale, de la mise en place de fermes aquacoles et d’un centre de formation. Un projet de construction de cités anticycloniques est également prévu dans l’accord. Près de cinq cent mille emplois seront créés et soutenus durant la durée du projet.
Pour la société civile représentée entre autres par Transparency Inter­national, Mihari, Alliance Vohary Gasy, WWF, Rohy, Reef Doctor et une dizaine d’autres, il y a non seulement manque de transparence, mais l’accord «opaque » constitue une menace grave pour l’environnement marin avec l’arrivée d’une flotte supplémentaire de trois cent trente navires.

Souveraineté
«Aucune garantie n’est offerte sur les supposées retombées économiques importantes de ce projet d’investissement. Aucune étude d’impact environnemental n’a été faite. La production nationale estimée à 130 000 tonnes par an est déjà considérée comme une exploitation excessive», argumente la société civile.
La définition de l’économie bleue comme modèle économique prenant en compte les besoins de la base et ce qui est disponible localement et l’économie circulaire, devient même un sujet de discorde dans cette affaire. «L’AMDP reste fidèle à son engagement de développement local et de promotion de jeunes entreprises actives dans les activités de déploiement des chaînes de valeur», répond Hugues Ratsiferana, directeur de l’AMDP. «Cet accord va nous donner les moyens de préserver notre souveraineté. On parle de promotion de l’économie maritime mais également de l’économie continentale. Le projet est transversal et d’autres partenaires se sont manifestés pour améliorer le tourisme citoyen, l’agriculture, la filière soie, la désalinisation de l’eau de mer dans l’Androy et même du bambou», ajoute-t-il. Les études d’impact environnemental sont en cours et les trois cent trente navires serviront aux fermes aquacoles. «Ce sont des petits bateaux qui complèteront les pirogues traditionnelles», précise encore Hugues Ratsiferana. On apprend par ailleurs, que certains intérêts dans le secteur de la pêche se sentent menacés avec cet investissement massif chinois et essaieront de faire blocage par tous les moyens. En tout cas, beaucoup disent que ce projet signé à Beijing, deux jours avant la démission de Hery Rajaonarimampianina, alors président de la république et ayant assisté à la signature de convention, semble avoir été fait à la va-vite et que le protocole d’usage dans les conventions de ce genre n’a pas été correctement suivi.

 

8 commentaires

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • 500.000 emploies ne combleront pas les besoins nutritionnels de 25 millions de Malagasy. Qu’en est-il des retombées de cette surexploitation sur le pouvoir d’achat des Malagasy? Malgré que l’on dise qu’une étude d’impact environnemental est en cours, je doute fort de l’objectivité de cela vu la façon dont l’Etat a conclu cet accord, de surcroît connaissant les méthodes d’exploitations sauvage que font les chinois à Madagascar je crains le pire.

  • Tsy misy sinoa hitsinjo sy hiraharaha anao eto !
    Tsy azo ekena io , fandripahana an-kitsorano ny harena an-dranomasina misy eto amin-tsika io
    Mila miala manaraka ny HVM ny Sinoa .

  • tout ce qu’on sait c’est que tu a mis le pays dans le pétrin. 3 jours avant la date de démission du président, vous avez eu l’audace de signer un tel contrat

  • Mahavariana mihintsy Malagasy fa rehefa misy zavatra vao2 atao dia tsy mahita afatsy lafiratsin’ny dia ka tsy mahavita asa intsony fa manatena hanakarena fotsiny,dia tsy tafarina firenena fa hafa mandroso foana.

  • Tsy ekena ny mpitondra Hvm nivarotra tanindrazana ary tsy azo ekena koa ny fanjakazakan’ireo sinoa ireo eto @ tanintsika,velomboly anefa ny tanora Malagasy ankehitriny fa tsy maintsy hiova tsy hoela izany tsy maty manota rehetra izany rahampitso satria misy tanora any tena tia tanindrazana ary hampiadana ny Malagasy eto @ taniny.

  • Tsy azo ekena ny mpitondra nivarotra tanindrazana toan’ny Hvm na inona na inona mbola fanadiovantena hoentin’izy ireo. Mino sy matoky kosa anefa izahay tanora fa tsy maintsy hiadana ny Malagasy ary afaka ny hiaina miadampinaritra eo @ taniny satria efa eo ilay tanora tena manampitiavana ny tanindrazany ary miaro sy mitsinjo ny Malagasy rehetra ary tanora toa anay ihany.

  • Quelle naïveté le malgache, la malgache comme s’il, si elle était le plus affamé du monde entier ?
    La Société inconnu sur le marché des bourses mondiales
    lui a dit sur plus de 10 ans
    2 700 000 000 $ / 10 = 270 000 000 $ / an si possible
    de même
    500 000 emplois / 10 = 50 000 emplois / ans
    ——-
    Ahoana no fomba nyhoe no ny nomenay ny Nomenay toa ny noana indrindra amin’ izao tontolo izao iray manontolo ?

    Ny andian-tsarety tsy fantatra ny tsena petrabola izao tontolo izao.

    Niteny azy momba ny 10 taona mahery

    2 700 000 000 dôlara/10 = $270 000 000/ isataona raha azo atao

    Torak’ izany koa
    500 000 asa / 10 taona = 50 000 asa / isataona
    —–
    How naïve is the malagasy, the Malagasy as if it were the most hungry in the whole world?
    The unknown company in the world stock market
    Told him about more than 10 years
    $2 700 000 000/10 = $270 000 000/year if possible
    Similarly
    500 000 JOBS/10 = 50 000 Jobs/years

  • Franchement, vous pensez que les Chinois s’encombrent d’études d’impact ? c’est le dernier de leurs soucis… si ils arrivent à leur fin, il ne va plus rien rester, ils vont tout racler et envoyer en Chine…quant aux 500 000 emplois, il ne faut pas rêver non plus, déjà si il en a 10% de créés ce sera bien, et encore, payés à coup de trique…
    Ces gens là ne disent rien, ne se prononcent sur rien et ne prennent jamais parti… mais par contre, quand ils ont obtenu ce qu’ils veulent, là ils agissent et sûrement pas dans l’intérêt des populations du pays où ils sont installés…wait and see…