L'Express de Madagascar

Levée de fonds – « Jimerla » dans la fraternité et la générosité

« Jimerla » a su illustré brillamment la sympathie, la fraternité et la générosité  de la communauté des artistes de la capitale au Kudéta Carlton Anosy.

Entre amour de l’art et action solidaire, « Jimerla » initié par l’association Jamerla Koonaction s’est affirmé comme un événement fédérateur ce week-end au Kudéta Carlton Anosy.

«On ne change pas, on avance! ». C’est à travers ce leitmotiv que toute une communauté d’artistes et passionnés d’art de la capitale s’est retrouvée dans un même lieu, dans la soirée du samedi, pour un événement exceptionnel.
C’est à Naday que revient l’honneur d’ouvrir les festivités du « Jimerla ». Avec son rock alternatif galvanisant, le chanteur conquiert. Ses dreadlocks virevoltant dans le vent, Naday scande l’amour dans toute sa splendeur à travers ses compositions qui conjuguent le malgache et la langue de Shakespeare qu’il maîtrise aisément.
Entre chaque prestation, un entracte se met en place sur la scène du Kudéta Carlton pour laisser place à la vente aux enchères. Peintures, sculptures, mais aussi photographies, c’est un catalogue d’œuvres inédites que le Jamerla Koonaction propose alors à l’assistance. On y retrouve entre autres les créations des artistes Rina, Ponk, Rija Solo, Clipse Teean et Naty Kaly.
Après le rock, c’est au tour de Olo Blaky et de ses mélodies éclectiques où tradition conjugue à la modernité pour envahir la scène. Porté par l’imposant Naty Kaly au chant justement, le groupe emballe par ses chansons comme « Takalo », « ‘Zay enao ‘zay », « Hatsarana» ou encore « Mailaka ». Le tout orné des petites chorégraphies du chanteur qui amusent aussi bien qu’elles inspirent le public.

Succès total
Cerise sur le gâteau, Silo clôt le concert avec son trio composé de Harty à la basse et de son fils Vazo à la batterie. Fidèle à lui-même, Silo a été magistral, surprenant comme à l’accoutumée ses inconditionnels par sa prestation. Notamment en reprenant d’une manière électro-rock enflammée son tube « Iha avao ». Prémices d’autres évènements encore plus festifs dans le courant de l’année, « Jimerla » a su réjouir le public. Bien joué de la part de Jamerla Koonaction. Sublimée par une ambiance harmonieuse et festive, sobre, mais haute en couleurs à la fois, le Kudéta Carlton Anosy resplendissait alors de fraternité, de solidarité et de générosité.
Organisé par le Jamerla Koonaction qui regroupe en son sein la crème des artistes urbains et contemporains de la capitale, plus précisément ceux du fameux quartier d’Ampefiloha. « Jimerla », a ainsi ouvert ses portes au public vers 19h, entamant une soirée rythmée de mélodies transcendantes, le tout sur fond d’action solidaire. Rendant hommage à l’un des membres du Jamerla Koonaction, Nomenjanahary Ramiandrarivo dit Jimmy, disparu récemment outre-mer. « Jimerla » s’affiche alors comme une levée de fonds, que ses frères de cœur au pays lancent pour pouvoir ramener leur camarade au bercail. Ponctuée de vente aux enchères d’œuvres d’art inédites donc, la soirée enchante surtout par le charisme des groupes qui se sont relayés sur la scène du Kudéta Carlton Anosy samedi soir pour un live musical inédit, gage d’un concert remarquable, ils ont alors littéralement exalté
l’assistance.