Chronique de Vanf

1921, c’était déjà 2018

«Des traitements inférieurs à ceux d’autres fonctionnaires, médecins ou écrivains-interprètes, un niveau de vie à peine aisé, expliquent le peu d’influence dont jouissent les instituteurs». Nous ne sommes pas en 2018 puisque cette remarque date de 1921, année de la première évaluation interne de l’enseignement indigène (cf. Faranirina Esoavelomandroso, Des enseignants malgaches jugent l’enseignement indigène, in Ambario, vol.1 n°4, p.387).
À cette époque, au moins sur Tananarive, le ratio était de 1 instituteur pour 1700 habitants. Il faut espérer que l’État malgache continue de bénéficier de statistiques régulièrement actualisées, outil fondamental de décision. C’est que, les bulletins statistiques et autre bulletin économique, judicieusement créés par l’administrateur colonial, ont successivement disparu des moeurs de la République malgache, laquelle a même «oublié», pendant un quart de siècle, 1993-2018, d’organiser le recensement systématique de sa population. Déjà heureux qu’on puisse savoir qu’il existe, très précisément, 115 établissements de l’enseignement public dans les six zones administratives et pédagogiques d’Antananarivo-Ville…
Les «turbulences», qui avaient menacé de devenir un gros «trou d’air», semblent s’être calmées après la signature d’une convention : à partir d’octobre 2018, allocation à tous les fonctionnaires du Ministère de l’Éducation d’une indemnité spéciale de 25.000 ariary ; auxquelles s’ajouteront 25.000 autres ariary en 2019 ; diverses indemnités seront valorisées de 50.000 ariary à compter de 2020. Grosso modo, ça ne fait jamais que 100.000 ariary par mois.
La «générosité» de l’État malgache est donc à relativiser au coût de la vie. Depuis la dernière hausse du prix du carburant, avant-hier, cette somme ne permet même pas d’acheter 30 litres de gasoil. L’obligation de remettre en plaque rouge tous les véhicules administratifs aura permis de donner une lisibilité du parc automobile de l’État : on peut se demander combien de milliers d’hectolitres de gasoil peuvent «avaler» quotidiennement certains véhicules, dont aucune autorité de passation de marché ne s’est manifestement soucié de l’empreinte écologique ni de l’absolue nécessité en Centre-Ville : preuve que notre assiduité à COP21 ou à «One Planet, One Summit» n’est jamais que nominale ; interpellant par la même occasion les donneurs d’aides bilatérales et les bienfaiteurs d’aides multilatérales sur la destination réelle, jamais questionnée, de leurs subventions.
Fils d’une enseignante de l’enseignement public, je ne sais que trop bien le statu quo cinquantenaire de certaines indemnités, distraitement octroyées dans les années 1960 et qu’une désinvolture certaine dans la gouvernance du secteur de l’instruction publique, de l’éducation nationale, de l’enseignement de base ou supérieur, a oublié d’indexer sur le renchérissement exponentiel de la vie. En 2018, trouver encore le moyen d’étaler en deux tranches le paiement de la somme ridicule de 50.000 ariary s’apparente à du «foutage de gueule» : ceux qui ont suivi les matches de la Coupe du Monde de football dans certains endroits de la Capitale (que d’ailleurs fréquentent assidûment ministres, parlementaires, hauts fonctionnaires, lobbyistes), savent combien de «THB 33», cette bière emblématique et grande pourvoyeuse de recettes fiscales, on peut se faire livrer avec 50.000 ariary.
Les uns et les autres, décideurs et acteurs de l’éducation, ont-ils réellement compris l’enjeu que représente la tâche de former la jeunesse d’un pays ? Donner les bases du vivre ensemble, inculquer les réflexes de la maîtrise démographique, convaincre à la Culture, préparer à la recherche et au développement, inviter au sens critique, et cétéra et cétéra.
Je reste sceptique quant à la promesse de recruter toujours plus de «Maître FRAM» si la même désinvolture appliquée à la gestion des vrais enseignants passés par l’École Normale devait leur être étendue. Comment faire «mieux» que «plus» avec toujours «moins» : équation évidemment insoluble dont la solution, provisoirement définitive, passe par une «convention» bancale.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter