Humeur Opinions

Loups et moutons

Objectif atteint, pour un atypique apôtre. Un passage sur les plateaux d’une chaîne télévisée, quelques propos extravagants et propres à scandaliser un public avide de sensations fortes et le tour est joué : une heure pour sa gloire et l’opinion publique dans tous ses états. Au-delà du délire mystique – à chacun son délire mystique-, le discours n’a rien d’intéressant. Le personnage n’a rien de transcendant et pourtant, il a pu tenir son public en haleine pendant toute une émission – et occuper des journalistes professionnels par la même occasion. Le niveau rappelle celui des émissions de téléréalités occidentales où le casting rivalise de propos disons… inattendus. Et comme le prouve ces mêmes nanars : ça marche.
En réaction, des internautes entrent en presque transe religieuse, tant la défense de leurs clochers semble devenir la chose la plus cruciale du moment. D’autres appellent à la crucifixion, à la chasse à la bête, à coups de versets lourdement tartinés : l’apôtre a trouvé des adversaires à sa taille, des fanatiques fous furieux sortent de leurs tanières, hérissés autant de haine que d’amour.
On s’étonnait de la recrudescence des vindictes populaires, en accusant la justice d’avoir perdu la confiance des populations. Mais au regard de ce phénomène, où le verbe est aussi brûlant qu’un cautère emporte-pièce, on se demande si le trop-plein de stress n’est pas aussi la cause de toute cette folie. Un stress perpétuel et une inquiétude qui va en grandissant et qui dégénèrent en un réflexe quasi-pavlovien de violences, sous des formes diverses.
Parce qu’après tout, si étrange soit-elle perçue, la théorie de l’intervenant est une théorie comme les autres. Une théorie que l’on peut percevoir comme farfelue, comme tant d’autres  le sont aussi. Après tout, à chacun son élucubration et qui sommes-nous pour vouloir maîtriser les élucubrations d’autrui quand nous-mêmes, nous avons le droit de prôner les nôtres  Si les églises font leurs boulots et que les fidèles restent…fidèles à leurs convictions, ce n’est tellement pas les mots et les maux d’autrui qui leur feraient ciller.
À vouloir trop se focaliser sur des discours qui de toute façon, restent personnels, on ferme les yeux sur ce qui sera demain un grand fléau : c’est le pompage monétaire et psychologique qui s’échafaude en coulisse et qui sapera toujours les plus fragiles. On interpelle volontiers l’État sur le contenu du message et l’offense que l’on dit en ressentir, en gens bien pensants, désireux de calmer les petits bobos d’égo. Mais là n’est pas le souci : inquiétons-nous plutôt de ces réseaux néo-religieux-mafieux, prêts à tous les enchantements pour venir à leurs fins. Et là, la plupart des ténors ne scandalisent pas forcément d’emblée. Ils portent beaux et sont bien mis, l’élégance fine, le verbe gracieux. Leurs discours sont d’ailleurs moins décousus, au début. Et parfois, ils sont, fraîchement, émoulus par les plus irréprochables milieux. Jusqu’à ce que le piège se referme. Les loups de la bergerie commencent souvent par jouer avec les moutons.

par Mialisoa Randriamampianina

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • Merci de relever cela. Il y a quelques temps j’écrivais ici même que ses néo ou pseudo réligions basées et fondées sur rien, si ce n’est sur l’ego de certains pasteurs dont leur charlatanisme ne passent plus dans leur réligion de départ sont la vague sourde qui risque un jour de mettre à mal la société malgache. Il faudra être vigilant.