Editorial

Mauvais procès

Un coup de massue. Pour avoir proféré des propos jugés déplacés et inacceptables dans un pays où la culture veut que tous les morts soient des saints et méritent tous les éloges funèbres, une candidate à l’élection présidentielle, magistrat de son état a été suspendue illico presto par la ministre de la Justice. Enseignante de la petite peste à l’École nationale de la magistrature, la ministre sait mieux que quiconque ce qu’elle fait. Le fait est que la candidate Faniry Ernaivo a pris une disponibilité à partir du moment où elle s’est alignée dans la course à la présidence. La nature de la sanction ainsi que la célérité avec laquelle elle a été prise ont ainsi de quoi surprendre. La faute est plus morale que professionnelle mais la sanction est administrative. Autant Faniry Ernaivo a agi sous le coup de la colère pour avoir été bousculée et malmenée par les forces de l’ordre avant le meeting de Mahamasina, autant la ministre a répliqué du berger à la bergère sans soupeser sa décision. La police a déposé une plainte contre le magistrat, on aurait peut-être dû attendre la suite du procès. À un abus de langage s’oppose un abus d’autorité.
Faniry Ernaivo a eu le tort de dire de manière crue sans prendre des gants dans des circonstances douloureuses des réalités tout aussi crues que la population vit au quotidien. Mais dites de manière sage et modérée, elles n’ont jamais fait sourciller justement les autorités. On aimerait bien voir la même célérité de la sanction dans les affaires d’une plus grande gravité dont les forces de l’ordre, en général, et la police, en particulier, ont été les auteurs. Des affaires de meurtre et de torture classées vraisemblablement sans suite par la Justice. Une Justice totalement impuissante quand des policiers ont tué un magistrat et refusaient de comparaître. Une Justice qui a justement perdu toute son autorité face aux forces de l’ordre sensées lui obéir mais qui lui tiennent tête depuis que l’armée, la police et la gendarmerie ont leur propre ministre.
Le dérapage regrettable de Faniry Ernaivo doit-il servir d’écran de fumée pour masquer tous les abus commis par les forces de l’ordre dont des exécutions sommaires sur des personnes sans armes ? Elle a au moins le mérite de mettre le doigt dans l’œil sur des faits que les victimes ne peuvent pas dénoncer, faisant souvent l’objet de menaces.
La sanction paraît, en tout cas, trop sévère quand on sait que beaucoup de magistrats mouillés dans des affaires de corruption et de kidnapping n’encourent aucun risque. C’est bien de sanctionner mais un mauvais procès n’a jamais honoré la Justice. C’est d’ailleurs la source du lynchage et de la justice populaire. Les lynchages existent bien avant l’appel fait par Faniry Ernaivo. Et ce n’est pas sa suspension qui va juguler l’hémorragie. En revanche, les abus vont avoir des ailes débarrassés d’un juge gênant qui a la langue bien pendue.

2 commentaires

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • c’est trop vrai, personne n’ose inculper les policiers, où en est on de l’affaire d’Antsakabary, il a des videos qui ont circulés sur les réseaux sociaux montrant les atrocités commises par les gens qui sont payés pour assurer la protection des biens et des personnes. personne, ni même la ministre en question n’a dit un mot comme si les honneurs et les biens de ces gens n’ont aucune valeur. Je suis contre ce que la candidate a dit, mais de là à faire 2 poids 2 mesures c’est juste indigne d’une ministre. De toutes façons personne dans ce gouvernement n’a le sens de l’Etat. Pffff

  • Devant les condanations generalisees, que dire? sinon « amen » . Cependant, vu le contexte exceptionel et les circonstances injustes durant lesquelles les propos deplaces ont ete prononces, et ; vu les intentions reellement patriotiques qui ont motive ces propos, les citoyens eclaires sont en droit de se poser la question si l’honnetete morale a droit de cite dans un pays de droit.
    Pour que la magistrade soit acculee ou excedee au point de perdre son sang froid,dont certains l’accusent, on est tente de supposer que la provocation fut si forte que la raison ne peut tolerer. C’est le cas de legitime defense.
    AUX BONS CITOYENS DE JUGER DE LA CHOSE ET D’AGIR EN CONSEQUENCE.