Actualités Social

Mahajanga – Un Institut de formation paramédicale fermé

Ferme. Le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique (MESUPRES) a décidé de procéder à la fermeture d’un institut de formation paramédicale, situé à Mahajanga. La décision a été prise, la semaine dernière, après une descente des responsables de ce ministère dans des instituts de formation paramédicale, de la Ville des fleurs. Son local serait introuvable. «Il n’y avait qu’une plaque à l’adresse indiquée dans ses dossiers. Même le directeur régional de la Santé à Mahajanga ne connait pas son siège. Nous avons ensuite convoqué son responsable, malheureusement, il n’était jamais venu», souligne le directeur général du MESUPRES, Blanchard Randrianambinina.
Un autre institut à Mahajanga aurait fait une publicité mensongère. « Il a indiqué que toutes ses offres de formation sont habilitées, mais c’est faux ! Seule sa formation en paramédical est habilitée. Il ne devra donc pas inscrire des étudiants pour ces offres de formation non habilitées pour ne pas induire en erreur les jeunes. Le diplôme n’est pas reconnu dans ce cas», enchaine ce responsable. Sur les huit instituts visités lors de cette descente, un seul a convaincu les responsables du ministère. Deux autres ont été acceptables.
Le reste a obtenu des recommandations. « Dans l’ensemble, le problème d’infrastructure est le plus grand handicap de ces universités », précise-t-il. Ce problème d’infrastructure ne pourrait pas être le seule explication des mauvais résultats des concours organisés par le ministère de la Santé publique, pour le recrutement des paramédicaux diplômés des instituts privés.
En 2015, par exemple, il n’y avait que trois candidats sur des milliers de participants, qui ont obtenu la moyenne au dessus de 12/20. Des mesures strictes devraient être prises par rapport aux qualités des formations et des stages, dont souffrent les étudiants des instituts privés paramédicaux, rejetés par les universités publiques.

M. R.