Culture

Journée mondiale contre le Sida – Une soirée pour la fierté des LGBT, ce soir au CFM

Liberté. La soirée pour les lesbiennes, gays, bisexuels, et transsexuels (LGBT) qui va se tenir au Centre Franco-Malagasy ou CFM à Anosy ce samedi soir à partir de 19 heures affiche une certaine fierté d’une communauté marginale.
« Défilé d’homme libre » est le thème de cette organisation de l’ONG Réseaux Madagascar Solidarité LGBT dans le cadre de la célébration de la journée mondiale pour la lutte contre le sida. Karaoké, défilé, sexy-show, ambiance clubbing et dépistage gratuit meubleront la soirée. « Nous sommes heureux de pouvoir jouir de notre droit en tant qu’être humain tout en assumant notre différence au sein de la société. C’est une étape de faite qui marque notre lutte contre la discrimination dont nombreux LGBT enduraient presque tous les jours. La mentalité commence à évoluer mais beaucoup restent à faire pour pouvoir vivre sa vie en tant qu’homme libre. C’est pour cette raison que nous avons choisi notre thème de la soirée Défilé d’homme libre. On sensibilisera l’assistance à faire un dépistage du VIH-SIDA, à titre gratuit, durant la soirée qui est ouverte à tout le monde. C’est le PSI Madagascar qui est notre partenaire pour cette organisation. L’entrée pour la soirée est payante mais à tarif symbolique, à la portée de tous. Des soirées de ce genre regroupent notre cible et facilite notre travail de sensibilisation », précise Maxime Tiankavana, vice-président de l’ONG.
L’ONG Réseaux Madagascar Solidarité LGBT compte seize antennes implantées dans dix villes de la Grande Ile. Elle a déjà fait un plaidoyer auprès des autorités, en 2014, avec l’appui de l’Ambassade Américaine sur les droits de l’homme. Un autre a été effectué en 2017 avec l’Ambassade Suisse pour la relation sexuelle entre les personnes du même sexe.
« Dans certaines régions de Madagascar, il a fallu rencontrer les autorités locales, les responsables religieux, et les notables traditionnels. Pour les personnes qui ont le tromba, par exemple, certaines n’acceptent pas de faire une prise de sang pour le dépistage. Tout simplement parce que leur croyance interdit qu’elles versent leur sang quel que soit la raison, alors que le sida peut atteindre quiconque sans mesure de protection », ajoute-t-il.
L’ambiance promet d’être gaie avec les LGBT au CFM à Anosy ce soir.

 

Publicité

Publicité

Publicité

Publicité