L'Express de Madagascar

Mayotte – Ouverture partielle du service des étrangers à la préfecture

Après plusieurs mois de blocage, le service des étrangers de la préfecture de Mayotte est de nouveau accessible. La réouverture totale n’est cependant pas encore à l’ordre du jour.
Le service des étrangers (immigration et intégration) de la préfecture de Mayotte, bloqué depuis plusieurs mois par des habitants de cette île
française de l’océan Indien pour en empêcher l’accès aux Comoriens, a rouvert partiellement jeudi, pour les enseignants et les malades, a constaté le correspondant de l’AFP. 
Des membres du Collectif des citoyens de Mayotte manifestent quotidiennement devant ce bâtiment à la suite du refus du gouvernement comorien d’accueillir les clandestins originaires des Comores expulsés de Mayotte.
Mais jeudi, le service des étrangers a partiellement rouvert pour les professeurs devant renouveler leurs titres de séjour afin d’entamer l’année scolaire, ainsi que pour les malades ayant besoin des papiers en règle afin d’avoir accès aux soins. Pour cela, le dispositif policier devant la préfecture avait été renforcé dans la matinée. 

Une trentaine de personnes, qui bénéficiaient d’un rendez-vous, ont pu être reçues.
«Des professeurs qui ne pouvaient plus exercer en cette rentrée scolaire et des malades nécessitant des récépissés pour recevoir leur traitement», a précisé Etienne Guillet, le directeur de cabinet du préfet de Mayotte, à l’AFP. 
«Il ne s’agit pas de dossiers de régularisation mais uniquement de renouvellement. Ce sont des personnes qui étaient en situation régulière mais qui, du fait du blocage, n’avaient pas pu renouveler leur titre.»

Sans heurts
Concernant une réouverture totale, «à ce stade, elle n’est pas du tout à l’ordre du jour», a expliqué Etienne Guillet.
Cette ouverture s’est déroulée sans heurts mais dans un climat de vives tensions, certains membres du collectif ayant pris à partie les personnes entrant et sortant de la préfecture, notamment si elles leur semblaient être d’origine étrangère.  
Mardi, le ministre français de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer, avait déploré le blocage du service de la préfecture, qui pénalise aussi les bacheliers étrangers voulant poursuivre des études supérieures dans le département français de La Réunion (océan Indien) et en France métropolitaine.
«L’opération de réouverture va se reproduire dans les jours à venir car il y a encore des cas de professeurs et de malades à traiter», a assuré le directeur de cabinet. 
Le Collectif appelle à une forte mobilisation pour entièrement bloquer le service. «Nous lançons un appel à toutes les familles qui aiment cette île à venir rejoindre nos mamans qui sont là», a déclaré une des manifestantes. 

© AFP