Les bornes sont dépassées. Pour une fois que des bandits auteurs d’attaques armées ont été pris en flagrant délit sur ls RN2, la Justice de Toamasina les a relâchés. L’indignation est à son comble aussi bien du côté des victimes que du côté de la gendarmerie qui a procédé à l’arrestation des malfrats. Les transporteurs contestent cette décision, qu’ils jugent injuste et irresponsable du tribunal de Toamasina. Ils ont annoncé une grève pour marquer le coup, mercredi. Un combat d’arrière-garde en fait car on voit mal le tribunal de Toamasina revenir sur sa décision quant on sait qu’il a fait pire dans les affaires de kidnapping en relaxant des bandits notoires.
Les transporteurs ont beau faire une grève, ils ne tiendront pas longtemps, étant donné qu’en face, on est déterminés à ne rien lâcher. Une grève qui durera quelques jours, une semaine ou un mois est tout simplement intenable pour la trésorerie des transporteurs. La guerre d’usure donnera raison aux bandits. De deux choses l’une, soit ils continuent d’arpenter la RN2 à leurs risques et périls, soit ils décident de changer d’axe ou, carrément, de métier.
Toutes les routes nationales sont devenues aujourd’hui, des axes dangereux, autant pour les transporteurs que pour les passagers. On risque de perdre la vie face à des bandits prêts à dégainer à la moindre résistance. Près d’une centaine de voitures ont été attaquées jusque-là sans que des mesures de sécurisation n’aient été prises. Sur la RN7 et la RN4, la situation est la même. Des dizaines de conducteurs et autant de passagers y ont laissé leur vie mais les malfrats continuent de régner en maître. L’état lamentable de la RN2 facilite la tâche des bandits.
Les passagers n’ont pas d’autre choix que d’emprunter le transpeur public étant donné la cherté et la défaillance du transport aérien.
Les attaques de taxis-brousse constituent un véritable problème socio-économique, étant donné qu’elles bloquent plusieurs activités. Pour le moment l’Etat n’a pas trouvé une solution idoine à cette situation malgré l’essai de plusieurs mesures. Et quand la Justice fait des siennes en libérant des bandits pris sur le fait, qu’il aurait fallu sanctionner pour l’exemple, la situation se complique. Les trafics vont s’amplifier au fur et à mesure que les fêtes de fin d’année approchent. C’est une période faste pour les transporteurs et une obligation pour beaucoup de personnes de rendre visite à des parents ou proches. On ne peut donc pas ne pas se déplacer comme le suggèrent certaines propositions aussi idiotes que simplistes pour éviter le pire.
Cette attitude de la Justice ne fait qu’envenimer la situation sociale déjà très tendue et qu’une étincelle risque de tout embraser. La peste vient juste de partir laissant derrière elle deux cents victimes, que l’ariary prend le relais avec une dégringolade quotidienne. La hausse des prix des produits de base, en particulier le riz, constitue également un point névralgique de la situation sociale. Seul le ministre du Commerce voit une baisse du prix du riz, de la farine et du sucre. Quand on occupe un poste ministériel, on souffre naturellement de diplopie qui permet de tout voir de travers ou de bas en haut pour justifier l’efficacité des mesures prises, qui sont, hélas, totalement inopérantes.
Avec les quiproquos sur les lois électorales et les polémiques qui s’annoncent, tout est réuni pour donner une situation explosive. Les fêtes de fin d’année serviront peut-être de sursis mais il n’y aura certainement pas une deuxième remise en liberté provisoire. Cette fois c’est la Justice immanente qui pourrait avoir le dernier mot. À défaut, la justice populaire est toujours prête à pallier toute défaillance. Et comme elle ne fait pas sourciller l’État, tout le monde s’en sert gaiement.

Par Sylvain Ranjalahy