Les forces de l’ordre ont préféré abdiquer sans essayer d’esquisser la moindre riposte. La grève des taxis a paralysé toute la ville mardi. Ils étaient plusieurs milliers à contester la remise aux normes des voitures censées devoir transporter ceux qui n’ont pas de véhicules personnels mais n’ont pas le courage de subir la torture infligée aux passagers par les transports en commun, ou ceux pour qui la journée est une éternelle course contre la montre.
Une manifestation autorisée de bon cœur par les autorités en dépit des bouchons et des désagréments qu’elle a créés toute la matinée. Elle a fait pire que les manifestations politiques tuées dans l’œuf à tous les coups. La meilleure parade revient au préfet de police.
«Grève ou pas, l’embouteillage est la tasse de thé des Antananariviens. Il n’y a donc pas trouble de l’ordre public». Il a cloué le bec à tous ceux qui voyaient un deux poids deux mesures dans le traitement des différentes manifestations de rue dans la capitale. Les taximen peuvent donc continuer à occuper les voies publiques aussi longtemps que la CUA reste intransigeante dans son initiative. Un bras de fer qui s’annonce aussi long et musclé que celui livré contre les marchands de rue finalement abandonné a l’approche de la présidentielle.
Dans toute cette histoire, c’est toujours le pauvre consommateur qui en patit. Au delà d’un éventuel micmac financier autour de la remise aux normes des taxis, songer à assurer aux usagers un minimum de confort et surtout de sécurité est un devoir sacré des autorités municipales. L’argument de l’association des taxis avançant que ses membres craignent que l’Omavet mette à l’écart des mazettes vieilles de deux siècles alors qu’ils n’ont pas les moyens de renouveler leur parc, fait froid dans le dos. C’est purement et simplement une apologie de la médiocrité, un homicide involontaire prémédité. S’il y a sept mille taxis à Antananarivo, les 2/3 ne doivent plus circuler. La visite technique est juste une formalité. Pire, c’est une visite par «contumace».
L’entêtement des marchands de rue et l’insubordination des taxis sont le fidèle reflet de l’anarchie généralisée insufflée par le vent de la Transition en 2009. Si la CUA avait pu imposer facilement la lanterne municipale et la couleur beige crème pour tous les taxis en 2004, la veste, chemise et cravate pour les conducteurs de taxi-be, les règles deviennent difficiles à instaurer depuis 2009. Tous les secteurs d’activité veulent créer la loi qui leur convient comme toutes les corporations veulent avoir un ministère. La mutinerie risque de faire tache d’huile suite à ce «succès» des taxis. Demain les tireurs de pousse-pousse et de charrettes pourront emboîter le pas aux taxis ou sollicités pour renforcer le mouvement. Que se passera-t-il si tous les gros camions de quatre et cinq essieux bouchent les rues de la capitale pour réclamer une autorisation de circuler à toute heure, insécurité oblige ?
Le problème est simple. Que les autorités municipales montrent qu’elles sont bel et bien à leur place et ne laissent pas aux autres l’initiative des lois. Elles ont été élues pour faire le nettoyage et bien gérer la ville. Autrement, les accros à la …taxicomanie vont pulluler.

Par Sylvain Ranjalahy