Quoiqu’on dise, il a battu un président de la République sortant au deuxième tour (1993). Avec le perdant, il a montré la voie à toute l’Afrique que gagner via des élections est bien possible. Bien sûr, après six mois de grève dont un « 10 août » et un « 31 octobre » 1991 et même si tout le monde, y compris Zafy Albert lui-même croyait que Didier Ratsiraka allait encore gagner. Seul Richard Andriamanjato était d’avis contraire (lire Eric Revel). Mais bien sûr, ayant qualifié le vaincu de tous les noms, Zafy Albert l’élu, a refusé de faire une passation et même n’a pas voulu habiter le Palais d’État. Sa modestie y était aussi pour quelque chose.
Quoiqu’on dise, empêché par l’Assemblée nationale, il n’a pas manipulé la HCC pour se maintenir et ayant démissionné peu après dans une petite cacophonie, il a repris le combat.
Quoiqu’on dise il a alors démontré –toujours et sans blague encore avec l’autre- qu’il était possible d’accéder au deuxième tour (1996) sans être au pouvoir et même en battant celui qui a organisé les élections (Norbert Ratsirahonana). Il était le premier encore avec l’autre qui a démontré qu’il était possible en Afrique de s’affronter en face-à-face dans les médias officiels.
Quoiqu’on dise, il a démontré qu’il était possible de résister. Opposant de 1975 à 1991, de 2002 à 2009, il n’a jamais reconnu Marc Ravalomanana comme étant un président de la République à cause du coup d’État de 2002.
Quoiqu’on dise, il a démontré avec d’autres que des opposants déclarés pouvaient être élus (députés de 1998-2002) même s’il qualifiait le président de dictateur.
Enfin, il faudra peut-être faire « la Vérité » sur 2002 et 2009 car si les pro-Ravalomanana qualifient 2009 de coup d’État, Zafy Albert en est bien aussi l’un des artisans : L’Express de Madagascar : Vous donnez plutôt l’impression de faire du sur place, ce qui n’est pas sans rappeler la manière dont l’opposition avait agi sous le régime Ravalomanana.
Zafy Albert : C’est une idée que les partisans de Rajoelina essaient de véhiculer. Ils affirment que, pendant sept ans, je n’ai rien réussi contre Marc Ravalomanana. Mais ils se trompent. Ce sont les actions que j’ai menées durant ces sept années qui ont facilité le renversement de Marc Ravalo­manana. J’ai fait un travail de base. In « Nos élections dépendent toujours de l’extérieur » (20 janvier 2010).

Par Toavina Ralambomahay