Non le temps des rumeurs n’est pas encore révolu. Pire, elles sont plus fortes que jamais au point d’ébranler toute une société. Jadis, les rumeurs faisaient croire l’existence des mpaka fo et des mpaka ra ( voleurs de cœur et de sang ) dans les campagnes où tout le monde était terrorisé. Des témoignages remplissaient les discussions avec forces détails tels la nationalité, le sexe, la voiture rouge du Dracula que la légende populaire appelait Marie Rose,ses yeux revolver, ses dents acérées, mais, à y voir plus clair, personne n’a jamais rencontré le monstre redouté qu’on ne souhaite pas croiser. À preuve, il n’y a jamais eu de victime déclarée ou découverte.
On ignore quel était l’objectif socio-politique des manipulateurs de foule dans ce montage réussi en pleine période coloniale et post-coloniale. Le fait est que la mayonnaise prend et secoue toute la société comme si on était en pleine mythologie grecque.Les rumeurs ont, d’ailleurs, accompagné toutes les Républiques.
Le centaure avait écumé la période socialiste révolutionnaire de Ratsiraka et tout le monde entendait, la nuit, le bruit d’un animal géant comme King Kong traînant de lourdes chaînes et arpentant les ruelles de la ville. Tout le monde affirme avoir entendu mais personne ne l’a vu que dans les hallucinations. On ignore si ceux qui ont propagé cette affabulation avait pour objectif d’associer l’image de Ratsiraka qualifié de dictateur, à ce monstre impitoyable. Il est vrai que l’absence totale de liberté d’expression avait contraint ceux qui n’étaient pas en phase avec la révolution de trouver d’autres voies plus ou moins farfelues pour diaboliser le dictateur.
Les voleurs d’organes et d’enfants sont une litanie récurrente dont des auteurs ont été appréhendés par la population qui n’a pas hésité à appliquer la sentence suprême hors procès. Mais, là aussi, l’histoire est aussi invraisemblable que celle des mpaka fo et des biby olona. Tout compte fait, elle est montée pour terroriser la population, pour entretenir une insécurité sociale et psychologique dans le but de perturber tout le fonctionnement et l’harmonie sociale. À long terme, il s’agit de montrer à la population que le pouvoir en place ne maîtrise rien et ne se soucie guère de ce qui la préoccupe. À la veille d’une élection, c’est toujours une contre-propagande très efficace. Tout ce que l’État fait en matière d’infrastructure et de développement est totalement masqué par cette « indifférence ».
Autant les déstabilisateurs ont misé sur des mythes sociaux jusque-là, autant, cette fois, ils ont profité de la terreur d’une maladie moyenâgeuse qu’est la peste pour en rajouter et ébranler une paix sociale déjà précaire, une crédulité à fleur de peau et amplifiée par une pauvreté chronique. Au point de redouter un vaccin contre la peste alors que tout le monde ingurgite toutes sortes d’antibiotique pour s’en préserver. Le vaccin contre la peste avait bel et bien existé et avait été découvert à Madagascar par deux médecins qui avaient donné leurs noms à l’hôpital Girard et Robic de Soavinandriana. S’il existait encore, on l’aurait payé à prix d’or pour s’immuniser contre la peste.
Voilà qui complique la tâche des autorités dans cette lutte contre la peste. Faire croire que la peste existe est déjà une véritable gageure. Faire admettre que le vaccin n’existe pas est un pari fou. Souligner que l’État ne procède pas à une campagne de vaccination est mission impossible.
C’est quand les rumeurs supplantent l’autorité de l’État, quand l’humeur fait office de gouvernance, quand la tumeur mentale gangrène toute la société. Le compte est bon. Il n’y a plus de mort de la peste depuis quelques jours.

Par Sylvain Ranjalahy