Le pire est à venir. Aucun bilan de l’épidémie de peste, hier, du côté du Bngrc désormais l’organe unique chargé de gérer la communication sur la maladie. Un mauvais signe qui serait synonyme de velléités d’entretenir le mystère sur l’épidémie et qui serait très dangereux car à force de vouloir cacher la vérité pour ne pas entamer le moral de la population, on finit par faire croire que la peste n’est qu’une affabulation. Une épidémie inventée de toutes pièces pour pouvoir quémander les mannes internationales en vue de l’élection présidentielle en 2018, entendait-on dans un quartier où la population s’est liguée contre les autorités sanitaires venues récupérer une soi-disant victime de peste. La tentative a failli tourner à l’émeute et les agents du BMH ont dû battre en retraite.
Depuis hier, les centres de santé sont à court de réactifs pour pouvoir procéder au test de diagnostic rapide pour ceux qui présentent des symptômes de la maladie. La rupture de stock indique l’importance du nombre de personnes venues  se faire tester à la moindre toux, dès qu’on se sent «en chaleur». Les derniers chiffres publiés samedi indiquent six cent dix individus consultés pour soixante-trois décès. Les médecins, dont on salue le courage et l’abnégation, sont visiblement débordés par l’afflux des personnes envahissant les hôpitaux et centres de santé. Certains commencent à hausser le ton face à la tâche herculéenne qu’il faut affronter tous les jours depuis deux mois. Les mesures prises jusqu’ici sont assez superficielles pour être efficaces et avoir des résultats probants dans la lutte contre l’épidémie.
Imaginons que la moitié de la population d’Antananarivo soit touchée par la peste, ce qui est tout à fait probable à l’allure où vont les choses. Toutes les capacités des hôpitaux et centres de santé seront dépassées. Le nombre de médecins sera nettement insuffisant, et il va falloir, peut-être, recruter des médecins Fram pour combler le trou.
Avec la pluie qui entre dans la fête, les risques augmentent inévitablement. Dès la première averse, Tana a été submergée par un flot d’immondices excavées par les torrents des canaux d’évacuation défaillants. Les efforts de nettoyage ont été anéantis par la meilleure ennemie d’Antananarivo qu’est l’eau.
Il y a ainsi tout lieu d’être …«pestimiste» devant les réalités et les demi-mesures prises par l’État. Il est tout à fait débile d’interdire les spectacles et les rencontres sportives alors qu’on autorise les cultes religieux, les veillées mortuaires et d’autres rassemblements populaires.
Les dérogations douchent les efforts entrepris par des personnes de bonne volonté et ébranlent ceux qui prennent des risques énormes pour éradiquer la maladie. Si tout le monde n’est pas logé à la même enseigne, tout effort sera vain.
On risque de passer le dernier trimestre et les fêtes de fin d’année avec la peste comme partenaire fixe. C’est le ministre de l’Éducation nationale qui se frotterait les mains, étant donné que la rentrée pourrait avoir lieu l’année prochaine. De la peste, on passerait directement au Pse. Deux maux de la même famille et peut-être avec les mêmes conséquences.

Par Sylvain Ranjalahy