Et l’ariary continue de couler doucement sans que cela interpelle les autorités. Il fallait, en tout cas, compter sur les députés pour acculer la ministre des Finances et du budget sur cette descente aux enfers. Dans une séance de complaisance où le sens critique a complètement disparu au profit de la flagornerie et de l’allégeance, c’était vraiment trop espérer. Pourtant, vendredi, l’ariary était à 3835 pour un euro. Une dépréciation irrépressible dont les explications sont difficiles à trouver. Elles ne peuvent pas être aussi simplistes que la période de grande importation qu’est la fin d’année. C’est le cas, chaque année sans que l’ariary ait eu à souffrir auparavant. C’est d’autant plus injustifié qu’au mois de mars, l’ariary avait perdu 300 points en deux jours passant de 3200 à 3500 pour un euro.
Actuellement elle grignote quelques points d’un jour à l’autre aggravant davantage la situation. À ce rythme, on passera, à coup sûr, les fêtes de fin d’année au pain sec.
Là où on ne comprend plus rien dans le système économique, c’est que cette perte de valeur arrive à un moment où tous les feux sont au vert du côté des bailleurs de fonds. La Banque mondiale perçoit une croissance positive dans sa dernière note de conjoncture économique alors que l’Union européenne sent des améliorations dans la gouvernance, la lutte contre la corruption et d’autres domaines au point de doubler la deuxième tranche de la Facilité élargie de crédit d’un montant de 81 millions de dollars. La Banque mondiale vient de débloquer, quant à elle, 45 millions de dollars pour améliorer le climat des affaires et l’accroissement fiscal. L’année dernière, la Banque mondiale avait décaissé 65 millions de dollars pour le même objectif . En 2015, elle avait octroyé 55 millions de dollars à l’État pour d’autres projets et 45 millions de dollars en 2014. À se demander si tout cet argent a pu être utilisé à bon escient durant cette période relativement courte. Le fait est que ni les recettes douanières, ni le taux d’assiette fiscale n’atteint le niveau requis pour être significatif depuis 2014.
Le Fonds monétaire international et l’Union européenne en font autant renflouant, qu’on le veuille ou non, la caisse de l’État. Depuis que le Président de la République s’est tourné vers la Chine, les bailleurs de fonds se montrent particulièrement généreux, oubliant presque les fameuses « conditionnalités ». À croire que certaines allégations plus ou moins farfelues avançant que l’État a inventé la peste pour se faire des sous seraient finalement justifiées.
Tant mieux si la population va ressentir l’impact de toute cette masse d’argent dans l’amélioration de ses conditions de vie. Pour le moment, cela reste à prouver. La dépréciation de l’ariary va davantage rogner le pouvoir d’achat.
Même si tout cet argent n’est pas directement utilisé pour relever le niveau de vie de la population, le fait qu’il entre dans la masse monétaire en circulation doit avoir un impact sur les conditions d’existence en ce sens qu’il crée des emplois et des services. C’est ainsi que la Banque Mondiale prévoit une croissance de 4,1% pour cette année. Une estimation que le commun des mortels a du mal à comprendre et avec laquelle on a toujours fait croire à la population que l’économie se redresse et qu’on est sur la bonne voie alors que le quotidien des gens ne change guère. Comment peut-il l’être quand l’État ne peut pas juguler l’inflation qui frappe les produits de première nécessité, en particulier le riz, dont le prix est inversement proportionnel à la décote de l’ariary.
Une croissance à deux chiffres restera parfaitement abstraite si elle ne se traduit pas par une amélioration du niveau de vie et du standing de vie de la population.
Tout compte fait, on tiendra la peste responsable de cette dégringolade de l’ariary dans la mesure où elle a causé une grosse perte au tourisme et un préjudice en terme d’image au pays. Cela pourrait, bien évidemment, se traduire par une perte de confiance et de crédibilité en la monnaie d’où sa dépréciation rapide et durable.
On attend, dans tous les cas, une intervention de l’État à travers la Banque centrale, dans son rôle régulateur pour limiter les dégâts. Sinon, la tension sociale risque de se greffer à la tension électorale qui s’annonce et qui est perceptible avec un thermomètre à infrarouge.

Par Sylvain Ranjalahy