Ahuri, atterré, abattu. Les mots manquent pour exprimer la sensation éprouvée devant le crime abominable commis par deux gamins de 15 et 13 ans à Ambohitrarahaba avant-hier. Après avoir cambriolé une maison, ils ont tue avec une extrême cruauté et un sang froid inouï un garçon de 12 ans. Les condamnations fusent de partout sur les réseaux sociaux appelant irrémédiablement au rétablissement de la peine de mort abolie depuis 2010. Une exigence de la communauté internationale, au nom de la démocratie et en contre-partie des aides et de la reconnais­sance à une époque où Madagascar était banni de la scène internationale.
Aujourd’hui, on constate qu’on ne peut pas appliquer les sacro-saints principes démocratiques dans un pays infesté de barbares. L’épidémie de peste rappelle, d’ailleurs, qu’on est à deux siècles d’une nation moderne, qu’il reste un long chemin à faire, plusieurs étapes à franchir pour mériter le statut d’une République, la qualification d’une démocratie. Les grandes civilisations sont passées par la guillotine, les grandes épidémies, la révolution industrielle avant d’arriver là où ils sont aujourd’hui. Si la peine de mort n’avait pas existé dans ces pays, ils seraient encore habités par des écervelés, des bouchers et des charcutiers qui n’ont aucun respect pour la vie à l’image des pays «producteurs» de terroristes.
Cela dit, il ne faut pas non plus perdre de vue que c’est la société elle-même qui fabrique ces petits monstres hideux dont l’audace et la cruauté n’ont d’égale que la naïveté et l’ignorance. Ils ont cru avoir commis le crime parfait en se pavanant avec le portable de leur victime. Autant l’assassinat qu’ils ont perpétré est d’une extrême cruauté, autant l’environnement dans lequel ils vivent, l’univers qui les entoure sont truffés de violence criante. Entre la belle villa de leur proie, les belles voitures qui ornent la cour et le garage et les taudis qui jonchent le quartier populeux d’Ambohitrarahaba, la frustration, le sentiment d’inégalité, la jalousie et l’envie sont des moteurs naturels de ce genre de crime. Plus généralement, l’écart social qui se creuse de jour en jour est le principal coupable de l’insécurité.
Parmi cent naissances enregistrées, soixante n’ont pas d’État civil et sont condamnés à errer dans la rue, a fouiller les bacs à ordures ou à louer un kalachnikov avec un peu plus de chance. La peste en éliminera peut-être quelques uns alors que ceux qui n’ont pas de bol tomberont sous les balles des forces de l’ordre. Mais on sait que les exécutions sommaires ou pas ne constituent qu’une solution de façade pour remonter le moral de la population. On a constaté que l’arrestation de bandits ou leur élimination par les armes n’avaient jamais empêché l’espèce de se renouveler identique à elle-même. Plus l’écart social se creuse, plus on s’entoure de criminels sans tête ni cœur, de pilleurs impitoyables qui n’attendent que le jour J pour passer à l’action.
Ce crime d’Ambohitrarahaba montre que personne n’est à l’abri d’un mauvais tour. Que la peine de mort risque d’être peine perdue dans une société où l’opulence et le dénuement dorment sous le même drap  et partagent les mêmes puces jusqu’à l’affrontement.

Par Sylvain Ranjalahy