Un parti fort et autoritaire. La démission involontaire du président du Zimbabwe, Robert Gabriel Mugabe montre la puissance d’un vrai parti structuré, organisé et maîtrise parfaitement tous ses membres. Le Zanu-Pf , dont Robert Mugabe est pourtant l’un des fondateurs, a rappelé que le parti n’appartient pas au Président mais plutôt l’inverse. L’instance dirigeante du Zanu-Pf n’a pas fait le moindre état d’âme, et n’a pas eu froid aux yeux pour remettre à sa place Robert Mugabe, militant de la première heure, guerrier incorrigible, chef d’État patriote et intraitable, lorsqu’il a dévié des lignes de conduite du parti en voulant pousser sa femme à sa succession. Un abus de pouvoir qui aura donc mis fin à l’un des plus longs règnes en Afrique et qui ternit le parcours exceptionnel de Robert Mugabe.
À l’image de l’African National Congress, le parti de Nelson Mandela au pouvoir en Afrique du Sud, qui a évincé le Président Thabo Mbeki pour mauvaise conduite et qui a menacé de destitution l’actuel Président Jacob Zuma qui s’est fait construire un palace avec l’argent de l’État. Il a dû rembourser l’État pour obtenir grâce auprès de l’ANC qui a déjà entamé les procédures de destitution.
Voilà donc ce que c’est un parti digne de ce nom. Il faut dire qu’on est dans un autre monde. Les partis politiques des pays de l’Afrique australe ont ceci de commun qu’ils ont tous fait la guerre de libération. Outre l’ANC et le Zanu-Pf, il y avait le Mpla et l’Unita en Angola, le Frelimo au Mozambique. Ils savent bien ce que lutter pour l’indépendance veut dire. On peut extrapoler que si le VVS ou le MDRM avaient eu l’occasion d’arriver au pouvoir, les partis politiques ne seraient pas ce qu’ils sont aujourd’hui. Mais les colonisateurs ont justement tout fait pour les écraser et les anéantir pour créer le Padesm et le PSD.
Puis les partis ont été créés ex-nihilo sans passe et sans avenir fondé par un Président surpuissant, omnipotent et omniscient autour duquel s’agglutine toute une meute de zélateurs et de courtisans affamés, à l’affût de toute opportunité pour se remplir les poches. De l’Arema écrasé par la personnalité de Ratsiraka qui a du mal à surpasser l’épreuve du temps et de la survie,  du TGV de Rajoelina qui est un assemblage cosmopolite qui a périclité à la première élection et dont il ne reste plus qu’un vestige qui tente de se reconstruire, en passant par le TIM de Ravalomanana composé, en grande partie, par des cadres de Tiko et des opportunistes de la crise de 2002 et qui a été abandonné par la majorité de ses militants. Un parti est devenu la propriété de son président fondateur bien aimé. La structure du parti ne prévoit pas l’éventualité d’une succession. Le Président accapare tout, et dicte tout au point de se sentir maire à la place de son épouse.
Autrement dit, comme on a raté l’histoire, on n’a plus aucune chance de vivre l’expérience zimbabwéenne. Ce n’est pas la fameuse loi sur les partis qui puisse changer quoi que ce soit. Comme là aussi, l’objectif est de réduire les capacités de nuisance des partis et non de leur permettre d’être de vrais acteurs du développement , des forces du changement, il y a peu d’espoir de voir émerger un vrai… partiotisme.

Par Sylvain Ranjalahy