Je ne représente pas les personnes en situation de handicap. Je n’ai pas la légitimité de porter leurs paroles, leurs revendications. Mais je suis un citoyen handicapé et je pense que j’ai le droit de m’exprimer sur la situation du handicap à Madagascar.
D’abord, les chiffres ne sont pas encourageants. Personne ne peut dire jusqu’à aujourd’hui combien de personnes ayant des déficiences vivent à Mada­gascar. Les écarts entre les différentes projections statistiques sont énormes car le ministère de la Santé publique parle de 7,5% de la population totale alors que l’OMS et la Banque Mondiale avancent le double (15%). Dans ces conditions, comment peut-on planifier un projet sérieux pour la prise en compte du handicap ?
Selon, la dernière enquête 2016  effectuée par le MEN (Fiche Primaire d’Enquête (FPE), DPE-MEN, Année scolaire 2015 - 2016), environ 2,2% des enfants en situation de handicap sont inscrits dans le primaire (toutes déficiences confondues, dans les écoles publiques et privées). L’inscription de l’éducation inclusive dans le plan sectoriel de l’éducation est un signal fort de la part du ministère de l’éducation pour renverser la situation.  Mais pourquoi il a classé l’éducation inclusive dans la catégorie de l’éducation non formelle ?
En termes d’emploi, le handicap et le milieu professionnel ne font pas bon ménage à Mada­gascar. Je ne vais pas me hasarder à prononcer une statistique des nombres des travailleurs handicapés à Madagascar, mais il faut dire qu’ils sont très minoritaires. La politique nationale de l’emploi et de la formation professionnelle parle des personnes en situation de handicap mais n’avance aucune mesure pour répondre à la situation.
Je viens d’apprendre le lancement officiel du Plan National Stratégique de Développement de la Réadaptation Physique du 2017-2021. On attend avec impatience le plan de mise en œuvre tout en se posant la question sur la prise en charge des autres incapacités telles qu’intellectuelle, psychique, auditive, visuelle, etc.
La lecture de la loi de finance 2018 n’indique rien d’encourageant dans la prise en charge du handicap. Le budget fléché handicap s’avère trop minime eu regard aux besoins. Malgré l’adoption du Plan National de l’Inclusion du Handicap (PNIH), celui-ci n’est pas financé contrairement aux Plan Sectoriel de l’Éducation  et Plan du Développement du Secteur Santé. Pour dire que le handicap reste invisible et ne préoccupe que celui qui le porte. Il ne faut pas ignorer que Madagascar a ratifié la Convention internationale relative aux droits des personnes handicapées en 2015. Et que cette convention engage l’État à garantir et à promouvoir le plein exercice de tous les droits de l’homme et de toutes les libertés fondamentales de toutes les personnes handicapées sans discrimination d’aucune sorte fondée sur le handicap. Deux ans après sa ratification, Madagascar devrait faire un premier rapport au Comité international chargé des droits des personnes handicapées. Qui va faire ce rapport ? Qu’est-ce qu’on va y mettre ? les intentions encore et encore.
Et dire que le thème de la journée mondiale des personnes handicapées 2017 concerne le « développement inclusif » me laisse perplexe. Inclusif devient un mot passe partout que tout le monde cite, mais personne ne se soucie de sa signification.  Au final, les personnes en situation de handicap continue de ramper à même le sol pour se déplacer, mendier pour survivre, affronter toutes les supplices du monde pour avoir un emploi. Et moi, il me reste le clavier pour écrire des maux des personnes handicapées de Madagascar.

Par Falihery Razafindrakoto