«Nous vivons dans un monde où les problèmes sont globaux, changement climatique, terrorisme, inégalité et il n’y a aucun moyen de résoudre ces problèmes sur une base individuelle, pays par pays. Nous voyons de plus en plus que seules des solutions mondiales peuvent résoudre les problèmes globaux ». Cette déclaration est du Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, sur le rôle de cette organisation à la veille de la nouvelle session de l’Assemblée Générale. Une déclaration qui tombe à pic car, hier, le 12 septembre, a été célébré la journée mondiale de la coopération Sud-Sud. Un terme très en vogue durant un moment de l’Histoire mais qui ne s’est jamais réellement concrétisé. Car finalement, qu’est le Sud pour le Sud ? et qu’est le Sud pour le Nord ?
Dans les théories, la coopération Sud-Sud est le fruit d’une large collaboration entre pays du Sud dans les domaines politiques, économiques, sociaux, culturels, environ­nemen­taux et techni­ques. Elle implique au moins deux pays en développement, en intervenant sur une base bilatérale, régionale, intrarégionale ou interrégionale. Les pays en développement peuvent aussi partager leurs connaissances, compétences, expertises ainsi que leurs ressources.
Sauf que la réalité est tout autre. D’abord la majorité des pays du Sud n’ont pas réussi à décoller, que ce soit à travers le renforcement de la coopération avec ses pairs du Sud ou avec le Nord. D’autant que, souvent, les réalités politiques ont souvent rattrapé les autres secteurs de la vie du pays. Mada­gascar, en dépit de la participation à diverses conférences et ateliers internationaux, fait partie de ces pays qui n’ont pas su trouver les moyens de raffermir ces coopérations. Certes, diplomatiquement parlant, la Grande ile, est en bons termes, avec les pays du Sud mais lorsqu’il s’agit de trouver les moyens de les mettre à profit, nous faisons pâle figure. Il suffit, d’ailleurs, de voir les relations économiques ou commerciales que nous entretenons avec nos voisins pour le comprendre.
Il est des pays qui ont réussi à mobiliser leurs ressources internes pour mener à terme cette coopération Sud-Sud, et ce ne sont pas les exemples qui manquent. C’est le cas, notam­ment, du Brésil, du Vietnam, de l’Indo­nésie, de l’Ethiopie, du Rwanda, ou encore plus proche de nous, de l’île Maurice. Sans oublier la Chine, le géant asiatique qui fait peur et envie à la fois, mais qui fait encore partie de ce Sud. Tout comme le Maroc qui, ces temps-ci, a fait les yeux doux aux autorités étatiques. Certes, pour des raisons historiques, peut-être, mais c’est plus vraisemblablement géostratégique. Madagascar a plus à gagner en valorisant ses relations, et par extension ses réseaux, avec ces pays.
À partir de 2003, les Nations Unies ont décidé d’adopter cette journée internationale. Il semblerait que la coopération entre les pays en voie de développement serait un potentiel formidable à mettre à profit dans les pays du Sud pour réaliser les Objectifs du développement durable. Madagascar fait partie de ces pays qui ont adopté ces objectifs et continue de bénéficier de l’appui des Nations Unies pour cela. Espérons seulement que, en dépit des aléas de la vie politique, le pays ne rate plus le coche.

Par Mbolatiana Raveloarimisa