Les Maures sont blancs, «bidan», les Africains sont noirs, «sudan». Il y a un réel racisme arabe à l’encontre des Africains. Dans un article, Jeune Afrique (17 mai 2016) relève que «la vision du Noir en Algérie, marquée par une discrète distance pendant des années, s’est transformée en rejet violent». Dans Le Monde (6 janvier 2015), une Africaine victime de racisme au Maroc raconte que dans ce pays, on aime dire «Le Maroc et l’Afrique». D’ailleurs, de 1984 à 2017, le Maroc n’était pas membre de l’OUA ou de l’Union africaine. Dans son livre «Le Chemin de Jérusalem», l’ancien secrétaire général des Nations Unies Boutros Boutros Ghali, écrivant à la fin des années 1970s, regrettait que son pays, l’Égypte, ait tourné le dos à l’Afrique, à la Nubie, à l’Abyssinie de l’ancien esclave Bilal devenu muezzin…
Le Maghreb est-il l’Afrique ? En 1989, année de l’adhésion de la Mauritanie à l’UMA (Union du Maghreb arabe qui associe le Maroc, l’Algérie, la Tunisie, la Libye et la Mauritanie), des centaines de milliers de Noirs étaient «déportés» vers le Sénégal et le Mali tandis que 200.000 Maures furent accueillis en Mauritanie. Que des Arabes vendent des Africains aux enchères : il ne faut pas exagérément s’en étonner, surtout que l’Organisation internationale pour les Migrations en dénonce la pratique depuis des années.
L’émoi actuel est venu des images de la chaîne américaine CNN filmant ce marché aux esclaves africains en Libye. Et tout le monde fait semblant de crier que «nous sommes en 2017». Par contre, je ne comprends pas qu’une manifestation africaine ait été organisée dans les rues de Paris, en France. La vente des esclaves africains a lieu en Libye : n’est-ce pas là-bas qu’il fallait manifester plutôt que d’emmerder les Parisiens avec une histoire qui leur est étrangère ? Et, bien entendu, certains manifestants, dont sans doute des migrants illégaux, en ont profité pour invectiver la présidence française. Parce que des Africains quittent leur pays en proie à la guerre civile ou qu’ils fuient la misère provoquée par la mal-gouvernance de la cléptocratie au pouvoir en Afrique et parce que des Arabes vendent des Africains comme esclaves, ce serait la faute de la France ? Quelle rhétorique anticoloniale ou quelle jérémiade altermondialiste pourrait m’en expliquer la logique…
Dans la foulée, un pays africain, le Niger, demande que cette histoire arabo-africaine soit inscrite à l’ordre du jour du prochain Sommet entre l’Union africaine et l’Union européenne (Abidjan, Côte d’Ivoire, 29 et 30 novembre 2017). Ou de l’énième fois où se pose la question de l’intérêt pour une île comme Madagascar de participer à cette association, qu’elle soit OUA ou UA. Une approche bilatérale, avec les États-Unis, avec la Chine, avec la Grande-Bretagne de l’après Brexit, privilégierait nos intérêts qui risquent d’être noyés par le flot d’incantations, de revendications et de récriminations qui ne nous concernent pas. Le panafricanisme n’est pas malgache. L’excision des femmes n’est pas malgache. La solde non versée aux troupes burundaises engagées en Somalie n’est pas malgache. Par contre, serait argent malgache la taxe de 0,2% sur «tous les produits éligibles» pour financer les «opérations de paix» en Afrique… Et qu’allons-nous nous égarer dans ces colloques sur les langues africaines alors que la linguistique a maintes fois démontré que la langue malgache est une langue austronésienne.
J’oubliais : Madagascar est une île.

Par Nasolo-Valiavo Andriamihaja