Ne pouvant rester impassible face aux évolutions récentes ou plus lointaines de la lutte syndicale à Madagascar et des principes invoqués par ceux qui prétendent en être les gardiens, il m’apparaît plus qu’un devoir d’écrire ces quelques lignes. En effet, par devoir de conscience citoyenne et professionnelle, étant moi-même fonctionnaire appartenant à un corps que je considère comme l’un des plus perturbateurs dans le passé, pour éviter de faire admettre par l’inconscient de tout un chacun que seuls ceux qui vocifèrent ont raison et qu’au final ceux qui choisissent le silence ont tort ou ont abandonné toute réflexion utile et salutaire.
Qu’il me soit permis de focaliser ce court « plaidoyer » sur les luttes syndicales menées avec beaucoup de circonlocution dans le secteur des services publics, par ceux qui ont prêté serment de servir la Justice. Tout le monde en conviendrait : parmi ceux qui poussent la chansonnette ces derniers mois, on retrouve, au premier rang, certaines femmes et hommes de loi. Pour éviter de mettre tout le monde dans le même sac, la précision n’est pas superflue car ce ne sont que certains magistrats et magistrates, débutants ou d’un grade inférieur pour la majeure partie, ou encore récemment évincés de leur poste ou en cherchant désespérément, qui ont choisi la grève comme divertissement de premier choix.
Ceux-ci pensent bien faire en scandant de beaux slogans, mais dont, apparemment, ils ne comprennent absolument pas le fond, au nom de l’indépendance de la justice et de la lutte contre la corruption, en demandant, par exemple, l’indépendance financière pour pouvoir lutter contre la corruption.
Si bien que le commun des mortels a l’impression que pour un oui ou pour un non, le syndicat le plus capricieux et peut-être le plus vénal de tous les temps de Madagascar, menace de faire grève. On retrouve forcément un relent de rébellion envers la hiérarchie qui n’est cependant pas propre aux magistrats mais qu’on retrouve dans les autres corps. Raison pour laquelle on ne retrouve que des jeunots dans les premiers rangs des grévistes. L’on cherche tous les prétextes pour motiver la grève, surtout en fin de mandat du Président de la République : les indemnités ne suffisent pas, l’exécutif n’arrête pas de violer la séparation des pouvoirs, des lois régissant la profession, y compris les dispositions relatives à la nomination de leurs chefs doivent être modifiées.
À cette triptyque de revendication, j’aurais tendance à souffler à l’exécutif de ne rien répondre ou juste de répondre que les indemnités ne suffiront jamais, de toutes les façons, pour les cupides et les corrompus, que le judiciaire n’arrête pas de lui demander l’avis de l’exécutif et qu’enfin, le calendrier des sessions parlementaires n’est pas secret, il faudrait économiser le peu de force pour faire du lobbying au niveau de l’Assemblée Nationale pour ce faire.
Il me paraît tout aussi indispensable de rappeler à la population dont une partie, de plus en plus avide de sensationnel face à la routine du quotidien, semble émerveillée par les gesticulations délirantes quotidiennes, dignes d’une bipolarité pathologique du syndicat des magistrats, leur rappeler que les magistrats n’ont pas prêté serment sous la menace et que leur intégration dans le corps de la magistrature n’est pas un contrat d’adhésion. Ayant moi-même assisté à une audience de prestation de serment d’un neveu, l’image qui collait à ces solennités était pour moi l’Idéal que ces nouveaux magistrats désiraient servir, à savoir : juger selon la loi et l’équité dans une totale impartialité, suivre une éthique professionnelle supposée entourer tout service public régalien. Si au bout de seulement quelques années de service, la déception est la plus totale, c’est qu’ils sont loin de comprendre le sens profond et la gageure de leur fonction. Personne, et surtout pas l’exécutif, n’a promis que le travail d’un magistrat serait grassement rémunéré comme on peut le prétendre et réclamer aujourd’hui, sur fond de comparaison qui n’est jamais raison. Mais que surtout les acteurs de l’exécutif n’ont pas non plus fait serment de ne pas s’immiscer dans le fonctionnement de l’appareil judiciaire, ils ne pensent qu’à faire leur travail. Et à ce propos, que chacun fasse bien son travail mais qu’il appartient aux autorités juridictionnelles et à chaque chef et magistrat de dire non aux tentations et aux pressions, sinon ils faillent au devoir que sous-tendait le serment prêté. N’importe qui trouverait ridicule une grève des sapeurs pompiers parce qu’il y a le feu, et qu’il brûle dangereusement!
Est-il utile de le dire, l’indépendance des magistrats n’a pas pour finalité de rendre confortable le quotidien des magistrats, c’est uniquement un moyen pour rendre une Justice digne de la population. Le corps syndical de la magistrature en est-il conscient ou est-il en train d’en pervertir l’esprit ? Lorsque les têtes d’un syndicalisme vénal et populiste ne comprennent pas que l’indépendance ne se mendie pas, au risque de rabaisser ceux qui s’y prêtent, mais s’arrache, voire se jette à la figure de l’exécutif et du législatif en cas d’extrême besoin, le SMM ne peut tomber que dans des absurdités: prétendre à une justice plus indépendante en faisant grève ! Le résultat, c’est une justice encore plus lente. C’est le cas de le dire, le syndicat encourage les magistrats à « travailler moins pour gagner plus ! ». Pour certains qui prétendent s’indigner, c’est tout sauf digne !
Il est plus que mesquin de réclamer une éducation digne en prétextant, en temps normal, que le niveau d’instruction de la population n’est pas ce qu’il doit être mais que l’on espère tirer bénéfice de la candeur de cette population : une légitimité factice en bernant et en manipulant le peuple par des coups de publications sur les réseaux sociaux, invitant moins à la réflexion qu’à cliquer « j’aime » et à une désobéissance subconsciente, sur une pseudo-lutte pour l’indépendance. Pire encore, c’est le peuple qui en pâtit : on lui ferme la porte au nez en violant le service minimum.
Pour éviter de verser dans une diatribe contre le syndicalisme, mon corps d’origine n’étant pas exempt de toute critique,  le syndicat des magistrats doit garder les vertus qui lui seraient propres, et pour en revenir à l’intitulé des interventions du Syndicat dans l’une de ses conférences « Point d’État de droit sans indépendance de la justice », il est à marteler que les fondamentaux d’un corps qui a pour principale mission de dire le droit est, avant tout, de prouver qu’il est lui-même capable de respecter la Loi et dans tous ses aspects. Cette capacité se démontre surtout par l’acceptation, au-delà des droits que la loi garantit, des limites qu’elle fixe.
De façon générale, un syndicat est une association de personnes dont l’objectif est la défense d’intérêts professionnels communs. L’article 31 de la Constitution de Madagascar précise que l’État reconnaît le droit de tout travailleur de défendre ses intérêts par l’action syndicale et, en particulier, par la liberté de fonder un syndicat. L’adhésion à un syndicat est libre. Et l’article 33 de la même Loi fondamentale dispose que le droit de grève est reconnu sans qu’il puisse porter préjudice à la continuité du service public ni aux intérêts fondamentaux de la Nation. Plus précis encore, rappelé par un communiqué du gouvernement récemment, le statut des magistrats dit, en son article 12, que toute action concertée de nature à arrêter ou entraver le fonctionnement normal des juridictions est interdite.
Au profit des citoyens  lambda, le syndicat des magistrats de Madagascar qui me semble toujours à la recherche de repères et de véritables idées pour prétexter une grève, doit commencer par donner l’exemple et doit garantir, dans sa quête d’État de Droit à travers ses revendications, que toutes ces dispositions soient  respectées. Les aspects les plus saillants sont : que la Justice est un service public, que la liberté d’adhérer ou de ne pas adhérer aux actions syndicales donc de faire ou de ne pas faire grève est sacrée et qu’enfin le fonction­nement normal des juridictions doit être assuré !
Chers magistrats et magistrates, la meilleure éducation qui soit est l’exemple. Jusque là, l’exemple que vous nous donnez est à l’image de la place que la Justice a dans notre pays. Votre métier est une grande responsabilité, vous avez fait des pieds et des mains pour l’avoir. En retour, le minimum, c’est de ne pas faillir à cette responsabilité, de l’assumer pleinement, et de vous montrer digne de respect. Et s’il vous plaît, je vous en conjure, arrêtez de vous faire passer pour des victimes, vous êtes de vrais acteurs et actrices !

Par André Rakotozanaka