Quel culot. Çà aurait pu faire l’objet d’un grave incident diplomatique. Juste après la visite de la Princesse Anne, la presse relate la braderie de la villa Elisabeth à Ivandry, la résidence secondaire du défunt Président Albert Zafy. D’aucuns osent affirmer que la mise en demeure envoyée par l’État à l’ancien Président aurait causé sa mort. Si le fait de vendre un bien de l’État aurait dû scandaliser le champion de la droiture, on voit mal le Professeur s’émouvoir pour un domaine qu’il n’a utilisé que sporadiquement et qui servait plus de basse cour que de résidence.
L’affaire aurait été conclue la veille de l’investiture du nouveau Président. Ce qui laisse dubitatif, étant donné qu’il est peu probable que le Président et son ministre des Finances de l’époque, qui gère les logements administratifs, ne soient pas au courant d’un tel montage pour le moins scandaleux. C’est d’autant plus probable que le gouvernement en place ne faisait qu’expédier les affaires courantes et on imagine mal un vice-premier ministre chargé de l’Aménagement du territoire , un brillant polytechnicien,commettre une telle bévue la veille de son départ, sans penser un seul instant se faire prendre tôt ou tard. Et surtout de vendre une propriété située dans un quartier ultra résidentiel pour une bouchée de pain. À moins d’avoir touché en contrepartie un pactole équivalent à mille fois le prix de vente. C’est le seul et unique mobile du « crime » valable. Mais dans ces conditions l’affaire n’aurait plus intéressé l’acquéreur.
En tout cas une telle décision aurait dû passer par une commission technique et le prix de vente aurait dû interpeller les techniciens. Elle n’aurait pas dû relever de la seule autorité du vice-premier ministre.
Le coupable présumé ne tardera certainement pas à réagir pour sa défense. Il faut vraiment être bête pour conclure une telle affaire dont le déclenchement n’est pas fortuit dans une période pré-électorale où tous les coups sont bons pour éliminer les obstacles qui se dressent devant le chemin vers l’objectif fixé. La saga ne fait que commencer. Il se chuchote qu’il aurait été déjà victime d’un vol de signature durant son passage au gouvernement.
L’État, dans un réflexe de self défense et pour apaiser une opinion prompte à lui tomber dessus à chaque occasion, s’est empressé d’annuler l’acte de vente par arrêté. C’est d’autant plus gênant pour lui que l’acte de vente n’a été légalement enregistré qu’en novembre 2016 et que l’acquéreur a accepté d’accorder une parcelle du terrain suite à une demande du ministère des Finances et du budget en septembre 2016. Autant le processus de cession a été scandaleux, autant la réaction de l’État est pour le moins maladroite et déplacée. Elle montre la confusion entre l’Exécutif, le législatif et le judiciaire. On n’annule pas un acte de vente par un arrêté ministériel, même si l’État est concerné. Cela ne fait que rajouter au ridicule. Un titre foncier est naturellement
inattaquable. L’État aurait dû, tout au plus, porter plainte et demander à la justice d’annuler l’acte de vente au lieu de montrer la voie à ne pas suivre et faire tout ce qu’il veut. C’est la valeur juridique d’un titre foncier qui est ici remise en cause par cette jurisprudence.
C’est dans une telle situation qu’il doit montrer la réalité d’un État de droit auquel il est également, et surtout, soumis. Même s’il s’agit d’un crime de lèse majesté.

Par Sylvain Ranjalahy