La transparence sur l’état des lieux actuel des terres attribuées aux investisseurs et sur les futures lois.
Le Collectif TANY a particulièrement apprécié le passage où vous déclariez  »l’allocation des terres sera faite dans la transparence mais non pas cachée ni dissimulée », concernant les terrains attribués aux investisseurs. En effet le Collectif TANY ose espérer qu’enfin soient satisfaits ses souhaits exprimés depuis plusieurs années d’afficher publiquement sur internet les informations relatives aux terres déjà vendues aux étrangers ainsi que les contrats de location sur les terres signés entre l’État et les sociétés nationales et étrangères, comportant la date de signature, la surface, la durée, le prix de la location, la localisation, … afin que chaque citoyen soit informé de l’état des lieux respectif des terrains déjà attribués aux investisseurs et ceux encore disponibles pour les initiatives des communautés locales dans son fokontany, dans chaque commune et chaque région.
Vous avez rappelé que des consultations publiques ont eu lieu sur les Zones d’Investissement Agricole - ZIA. Le Collectif TANY demande à ce que les idées exprimées par les citoyens soient rendues publiques, afin que chacun puisse s’assurer de leur prise en compte (6). Ceci permettra d’éviter les déceptions, les conflits et autres oppositions de longue durée comme dans le cadre du Code de la Communication voté en 2016. 3
Nous avons appris par la presse qu’un projet de loi sur le développement industriel (7) avait été approuvé par le Conseil des Ministres et présenté au président du Syndicat des Industries de Mada­gascar. Le Ministère responsable parle de zone d’investissement industriel (ZII). Comme une partie des projets qualifiés d’industriels actuellement concerne l’agro-industrie, les ZII impliqueront sûrement aussi de vastes surfaces de terres. C’est pourquoi le Collectif TANY demande la publication de ce projet de loi et une consultation au-delà du syndicat des industries avant sa soumission à l’Assemblée Nationale et au Sénat.
S’agissant du projet de loi sur les Zones Economiques Spéciales - ZES - déjà validé par le Conseil des ministres, le Collectif TANY souhaite également sa diffusion ainsi qu’une large consultation avant sa présentation aux parlementaires. Selon un article de presse citant un responsable de l’EDBM, les sites proposés pour être transformés en ZES sont l’Ehoala Park à Fort-Dauphin déjà promis aux Mauriciens, le Textile City à Moramanga ainsi que deux autres sites à proximité de Tamatave et de Diégo, notamment à Andrakaka (5) et (8). Le parc d’Ehoala est déjà fonctionnel, sa gestion confiée à une filiale canadienne de Rio Tinto depuis 2009 pose la question du pouvoir de contrôle effectif de l’État malgache sur les produc­tions et exportations déclarées par l’organe de gestion ainsi que sur les entrées et sorties du Parc. Si, physiquement, cette surface de terre n’est effectivement pas «transportée» à l’étranger, selon l’expression de Monsieur Le Président, la souveraineté nationale sur cette partie du territoire semble poser véritablement question et mérite une attention particulière (8).
Le Collectif TANY demande également la transparence sur les contrats signés sur les ZES et ceux en gestation.
Nous n’avons plus entendu parler du projet de loi sur la révision du Code Minier depuis plusieurs mois. Pourriez-vous nous confirmer ce qu’un journaliste d’un organe de presse international a écrit, que vous avez annoncé à Pretoria en juin 2017 que le Code Minier ne serait finalement pas révisé ? (9).
Monsieur Le Président,
De nombreux cas montrent, qu’à Madagascar, l’installation d’investisseurs dans une zone provoque des expulsions des communautés locales des terres dont elles tirent l’essentiel de leur alimentation et de leurs revenus et qu’elles devraient léguer aux générations futures (10). La perte de l’accès à leurs terres et de leur usage porte une atteinte grave à leurs droits humains fondamentaux mais aussi à leurs capacités de développement. Des mesures pour interdire les expulsions permettraient aux communautés locales et aux paysans malgaches de travailler en paix et de vivre dans la dignité.
La population malgache souhaite être un des acteurs du développement, et comme vous le savez, elle est très attachée à la terre. Elle souhaite être partie prenante dans les activités économiques et sociales qui impactent son environnement et son territoire, et ne veut pas être simple spectatrice.
Nous espérons ardemment, Monsieur Le Président, que vous donnerez satisfaction à cette requête de transparence et de participation ainsi qu’au profond désir de la majorité de la population malgache de ne pas laisser aux seuls Etrangers le bénéfice de l’exploitation des richesses du pays.
Avec nos vifs remerciements pour les engagements que vous avez pris au cours de la douzième intervention « Le Rendez-vous Fotoam-bita » et pour l’attention que vous accorderez à cette lettre,
Nous vous prions d’agréer, Monsieur Le Président de la République, l’assurance de nos salutations les plus respectueuses.

Par Mamy Rakotondrainibe