Dans de multiples cultures de tous les temps, les femmes se sont voilées. Dans beaucoup de religions, la femme se voile. Que ce soit d’une manière intégrale sur le corps, ou un bout de dentelle sur la tête, ce n’est que la forme, la couleur, le tissu, la largeur qui diffère. De l’Afrique en Europe, d’Asie aux États-Unis, le voile a une signification particulière.
Les chercheurs comme Odon Vallet affirment que l’apparition de la coutume pour les femmes de se voiler n’est pas précise dans le temps. En tout cas, le voile, dit aujourd’hui islamique, serait antérieur de plus d’un millénaire au prophète Mohammed. Dans les écrits, la première mention de son port obligatoire remonterait aux lois assyriennes attribuées au roi Téglat Phalazar Ier, vers l’année 1000 avant J.C. Cette injonction est faite « aux filles, aux épouses et aux concubines d’hommes libres, ainsi qu’aux prostituées sacrées mariées. Ces femmes voilées ne devaient pas être touchées, alors que les femmes non voilées (esclaves, prostituées non sacrées ou non mariées) ne disposaient d’aucune protection de leur corps ».
Pour la religion chrétienne, le voile se remarque au temps des Romains. Les vierges de l’Église primitive auraient porté des voiles. De nos jours, ce sont les religieuses catholiques que l’on remarque le plus. Mais dans d’autres branches du christianisme et dans le catholicisme lui-même, les croyantes se voilent également de multiples manières. Au moment de la première communion et la confirmation, les jeunes filles peuvent aussi être voilées. Notons également sa signification particulière pour la mariée.
Seulement, de tous, le voile dit musulman fait beaucoup plus parler de lui. De nombreux hommes et femmes politiques occidentaux affirment ou suggèrent que la plupart des femmes voilées seraient victimes de pression. Le port du foulard des musulmanes serait la conséquence de contraintes. Il est donc important de poser la question aux deux principaux concernés : le Coran et la femme musulmane. Plusieurs connaisseurs disent que le port du voile n’a jamais été une obligation coranique. D’autres devoirs sont par contre bien explicites pour les pieux. Il s’agit des cinq piliers de l’Islam notam­ment le jeûne du ramadan et les cinq prières quotidiennes. Marqueur social, attribut de pudeur, ce tissu a une signification forte et engagée.
Qu’en dit la femme musulmane ? Après avoir enlevé ses basquettes, son pantalon jean et sa casquette, la belle mauritanienne se prépare à sa prière du midi. Après s’être soigneusement lavée, elle déroule une étoffe rose qu’elle s’enroule autour du corps. De la tête aux pieds, le tissu lui recouvre intégralement sauf une partie de son visage. Le lendemain, la revoilà, en tenue locale avec un petit foulard en guise de voile sur sa tête. Au moment de la prière, elle reprend son rituel de mutation vestimentaire. Le voile dit-elle est une chose entre elle et son Dieu. Ni plus ni moins. Il en serait de même pour la grande majorité des femmes qui ont choisi de se voiler. Car, contrairement à ce que l’on veut faire croire, le voile est un choix, un style, un engagement.
Le respect commence par se donner une ouverture d’esprit afin de comprendre l’autre et lui donner la liberté de choisir en quoi il croit et ses symboliques.

Par Mbolatiana Raveloarimisa