Il a fallu un décret donc une obligation, un jour férié pour que tout le monde reconnaisse l’importance de la propreté et de l’hygiène. Le Président de la République en a donc fait une affaire personnelle depuis l’épidémie de peste qui a tué plus d’une centaine de personnes l’année dernière. Pour une fois l’appel qu’il a lancé a trouvé un écho favorable presque à l’unanimité. Seuls les habitants de Madiotsifafana ont osé snober cette disposition.
Un jour ne suffit bien évidemment pas à enlever la crasse qui s’est incrustée pendant plusieurs années, voire plusieurs décennies durant lesquelles on a cru que la propreté était une invention coloniale. Puis tout d’un coup on s’est rappelé que l’hygiène était indispensable pour bien vivre. La propreté n’est pas un caprice d’un jour, une obligation administrative, une nécessité de la communication, c’est tout simplement un devoir individuel, naturel de tous les citoyens.
La journée d’hier a pourtant montré que même au niveau des gens supposés instruits, cela ne va pas de soi. À preuve, il a fallu un décret présidentiel pour que tout le monde se mobilise pour une cause qui ressemble à l’évidence, pour une tâche qui doit relever des affaires courantes, de la routine. Voilà comment il faut gérer le pays.
Reste à voir s’il va falloir sortir un décret toutes les semaines pour que la propreté et l’hygiène fassent partie des projets structurants. Il suffit pourtant de consacrer deux heures hebdomadaires au nettoyage pour maintenir un niveau d’hygiène respectable.
Il faut peut être revenir à une ancienne époque avec une inspection systématique dans chaque foyer suivi de procès verbal pour ceux qui ne disposent pas de latrines ou des toilettes. Il est aberrant de constater qu’aujourd’hui dans la capitale un fort pourcentage de foyers n’ont pas de latrines. Dans de telles conditions on aura beau instaurer une journée hebdomadaire d’assainissement, il restera un foyer de résistance difficile à décrotter. De même, on aura beau assainir le pays et les villes, c’est au niveau de la population qu’il faut opérer une sensibilisation intense et permanente. Avec l’exode rural, les villes se sont campagnardisées avec une grande partie de sa population qui n’a aucune notion de la rigueur et de la discipline d’une vie citadine. Tous les problèmes viennent, en fait, de là. Les constructions illicites, l’anarchie, l’insécurité, l’incivisme, le vandalisme…
Assainir n’est pas tout simplement balayer et ébouer les égouts. Si on se limite à ces actions dans une ville devenue une écurie d’Augias, on n’en finira jamais. Dès demain, les détritus vont s’amonceler et ainsi de suite.
Dans l’état actuel des choses il faudra vraiment un lavage à grande eau du cerveau pour inculquer la propreté dans la culture et l’habitude de certaines personnes. Pour une fois, cette méthode, dénigrée dans le temps pour être un outil d’endoctrinement, est vivement recommandée.

Par Sylvain Ranjalahy