Il n’y a plus de «politique africaine de la France». C’est le message du président français Émmanuel Macron, en visite au Burkina Faso.
Certes, le président français a pris soin de personnaliser enfin la cinquantaine d’États que, jusqu’ici, on avait embrassé dans la globale et très vaste Afrique. Mais, qu’avait-il alors d’encore envisager une «Maison de la jeunesse africaine à Ouagadougou», capitale du Burkina Faso : existe-t-il seulement une seule et unique jeunesse AOF (Afrique occidentale française) ou AEF (Afrique équatoriale française) ? La jeunesse, qu’elle soit sénégalaise, gabonaise ou ivoirienne, vibre-t-elle vraiment comme un seul corps organique panafricain ?
Existe-t-il un Africain générique ? Existe-t-il un Européen standard ? Existe-t-il un Asiatique type ? Non. Pourquoi alors s’entêter à nier les particularités comme si nation était un gros mot. Il y a ce continent. Ces villes portuaires extraverties. Un arrière-continent introverti. Et des peuples, beaucoup de peuples, tellement de peuples, qu’on ne peut pas hâtivement généraliser. Et il y a nos îles.
Le discours de Ouagadougou se voulait de rupture. Mais, curieusement, on a l’impression qu’il s’adressait surtout au public des anciennes colonies françaises. D’AOF et d’AEF. Les auditeurs d’Afrique-Matin sur RFI. Depuis ma Grande île de l’Océan Indien, je ne me sentais nullement concerné que la Libye soit devenue le terminus de la migration transsahélienne ; que des Arabes du Maghreb vendent des Africains subsahariens à un marché aux esclaves ; qu’on s’interroge sur le sort du franc CFA ; qu’il faille applaudir ou pas les soldats français engagés dans ce Sahel tellement lointain, si étranger…
Quant à Thomas Sankara, le président burkinabé assassiné le 15 octobre 1987, hormis ses études à notre académie militaire d’Antsirabe, je ne vois pas trop ce qui en ferait une «icône africaine». Même continentale. Alors, depuis nos îles…
La littérature rappelle à l’envi le continuum géographique entre l’Europe et l’Afrique qui ne seraient guère séparées que par seulement 15 kilomètres de mer. Nous autres îles de l’Océan Indien nous trouvons plus exactement à des milliers de kilomètres. Le traitement différencié que nous demandons tient pour beaucoup à cette simple question de géographie. La COI (communauté de l’Océan Indien) est observateur à ce Sommet Union africaine -Union européenne de 2017. L’enjeu de ce travail de visibilité est de parvenir à imposer la spécificité des États insulaires dans le prochain partenariat entre l’Union européenne et les pays du Sud.
Depuis le début, en 1957, les relations entre l’Europe et les pays africains ont été biaisées par une intimité coloniale ancienne. Longtemps, la France d’un côté, la Grande-Bretagne de l’autre, ont entretenu le tête-à-tête hérité de la colonisation. La rhétorique anticoloniale, qui peut servir à certains d’excuse, de prétexte ou d’alibi, courrouce au mieux, nous aliène au pire, tous ces pays européens qui n’ont jamais été des puissances coloniales. L’Europe des six est devenue une Union européenne à 27 pays, dont les deux tiers n’ont jamais compté une seule colonie exotique.
L’Europe pourrait-elle se lasser un jour de financer l’Afrique ? Paradoxalement, ce serait la chance de voir des intérêts mieux ciblés recevoir une meilleure attention. Des demandes raisonnables plutôt que des attentes déraisonnables. Sortir du prêt-à-porter des programmes d’ajustement structurel, conférence nationale, commission électorale indépendante, etc. Et endosser le sur-mesure, bilatéral, sinon par groupes cohérents de pays réunis par des problématiques communes.
Comme États insulaires, notre souci est, par exemple, de maintenir une réactivité face à la piraterie maritime ou la pêche illégale dans nos eaux territoriales. Nos enjeux de sécurité sont plus globaux, sécurité alimentaire et sécurité sanitaire, et pas spécifiquement concernées par les opérations de paix qui, cependant, monopolisent l’essentiel des discussions dans ces rencontres trop multilatérales.
Dans son livre «In defense of the national Interest», Hans Morgenthau esquissait une typologie de la politique étrangère américaine. La démarche réaliste, acceptant le monde avec ses rapports de force, representée par Alexander Hamilton ; le courant idéologique, tenant compte de principes moraux mais ne fuyant pas la confrontation, représentée par Thomas Jefferson et John Quincy Adams ; la posture moraliste représentée par Woodrow Wilson. Et Hans Morgenthau de pointer quatre errreurs de la diplomatie de son pays : l’utopie, le légalisme, le sentimentalisme et le néo-isolationnisme. Et parmi les différentes variantes de l’utopie, le professeur de science politique cite le wilsonianisme, l’isolationnisme et l’internationalisme. Je me demande dans quelle catégorie ranger la politique africaine de Madagascar.

Par Nasolo-Valiavo Andriamihaja