Le dictionnaire Larousse définit le maire comme « le premier des magistrats municipaux, qui est l’organe exécutif de la commune ». Dans n’importe quelle autre définition, il n’est écrit ni mentionné que le maire est un poste politique. Alors, par bon sens, nous excluons les qualificatifs qui ne découlent pas d’interprétations. Voulant connaître un peu les fonctions du maire en tant qu’agent exécutif de la commune, voici ce que nous avons trouvé. « Le maire est chargé de l’exécution des décisions du conseil municipal et agit sous contrôle de ce dernier. Il représente la commune en justice, passe les marchés, signe des contrats, prépare le budget, gère le patrimoine communal ». La direction de l’information légale et administrative de la République Française note par exemple que le maire exerce des compétences déléguées par le conseil municipal et doit alors lui rendre compte de ses actes.
Les délégations portent sur des domaines très divers allant de l’affectation des propriétés communales, la réalisation des emprunts, l’action en justice, etc. Notons aussi que le maire est titulaire de pouvoirs propres. En matière de police administrative, il est chargé de maintenir l’ordre public, défini dans le Code général des collectivités territoriales comme le bon ordre, la sûreté, la sécurité et la salubrité publiques. Le maire est aussi le chef de l’administration communale. Il est le supérieur hiérarchique des agents de la commune et dispose d’un pouvoir d’organisation des services.
Le 13 février 2017, un texto ayant pour titre « Réveillez-vous donc madame le maire » a déjà sonné le glas concernant le bordel qui règne à Antananarivo.  Revenons sur ce qui a été écrit. Indiscipline générale des utilisateurs des routes : taxibe et les tireurs de charrettes en tous genres font la loi ; les marchands installent des étals au beau milieu de la rue et sur le trottoir ; les constructions sauvages, petites comme grandes, pullulent. En plein centre du marché d’Andravoahangy s’installe, comme si de rien n’était, le terminus de la ligne suburbaine E. Non loin de là, la ligne allant vers Sabotsy Namehana crée le bordel depuis des années. Au niveau de l’immeuble Aro aux soixante-sept hectares, un autre terminus d’une ligne suburbaine prend en otage tout le quartier. Ambohijatovo ambony, près du tunnel, le terminus de la ligne pour aller à Ambohimanambola empeste les selles et l’urine. La liste est longue comme les problèmes que cela entraine pour la circulation et la salubrité de la ville.
Mais 7 mois plus tard, rien n’a bougé du côté d’Andravoahangy où la situation empire. Le terminus de la ligne suburbaine E en question a même doublé. Un arrêt définitif au niveau du rondpoint du côté des vendeurs de lunettes et l’autre du côté du tournant vers Mascar. Ce qui signifie qu’une vingtaine de gros véhicules y stationnent en permanence. Ainsi, à n’importe quelle heure de la journée, n’importe quel jour de la semaine cette portion de la ville est tout le temps prise en otage par des taxis-brousse qui n’ont rien à y faire.
D’un, que font les terminus de transports suburbains dans votre secteur, madame le Maire ? De plus, ils étouffent entièrement la circulation dans votre ville. De deux, qui serait assez fou pour mettre en pleine rue, dans des « points noirs » de la ville, des terminus. Tout cela, sans aucune infrastructure d’accompagnement. Pire, les marchands de rue squattent totalement les trottoirs et la moitié de la chaussée. Les transporteurs garent leurs véhicules et les magasins font sortir leurs étalages en pleine rue mais n’ont pas été rappelés à l’ordre. Au final, de cette portion de route dédiée à deux voies, les trottoirs plus les deux tiers de la chaussée sont squattés par pure ingérence et incompétence de la mairie. Bref, il ne reste plus que le tiers à utiliser.
« Jugeote », nom féminin. La jugeote décrit la capacité d’un individu à jauger les gens qui se baseraient sur des éléments simples, accessibles à tout le monde, pour appréhender une situation et l’analyser de façon presque intuitive. Juste un peu de bon sens suffirait pour que des décisions aussi bêtes ne viennent pas alourdir la vie dans une ville déjà sens dessus dessous. Si le directeur en charge des transports, le chef de la police municipale et autre responsables des services de la mobilité et du respect de l’ordre ne sont pas compris et de faire appliquer que le trottoir est fait pour les piétons, les rues pour la mobilité des voitures, il est grand temps de les remercier, madame le maire. Car le citoyen Tananarivien a le droit que leur ville soit gérée d’une manière professionnelle, par des professionnels de l’urbain.

Par Mbolatiana Raveloarimisa