Grand cirque a Antsiranana pendant le week-end. La célébration du cinquantième anniversaire de la Fjkm et du 200e anniversaire de la traduction de la Bible en malgache a fait l’objet d’une surenchère politico-médiatique entre l’ancien Président Marc Ravalomanana, president du comité d’organisation du jubilé, ancien vice-président de la Fjkm et le Président Rajaonarimampianina.
On sait que Ravalomanana met à profit son statut de président du comité d’organisation du jubilé pour jumeler cet événement en particulier et l’Église en général, à sa pré-campagne électorale dans sa tentative de reconquête du pouvoir lors de la présiden­tielle 2018.
Le feuilleton a commencé vendredi avec la vraie-fausse expulsion du couple Ravalomanana de la suite d’un hôtel qui devait également héberger le couple présidentiel, invité pour le même événement religieux.
À l’art consommé de la provocation de Marc Ravalomanana, le staff présidentiel a répondu par sa maladresse habituelle en envoyant tout un bataillon pour déloger le gourou du Tim. On aurait pu faire l’économie d’une polémique au ras des pâquerettes autour d’une suite, en faisant les choses discrètement et religieusement au lieu de montrer ses crocs et ses griffes qui auraient été nécessaires et efficaces ailleurs là où les bandits font la loi.
Puis le Président est arrivé à Antsiranana avec un treillis militaire que ses détracteurs trouvent déplacé en rapport avec la sainteté de la cérémonie pour laquelle il est invité. Il sortait tout droit d’une manœuvre militaire a Tampoketsa et est allé a la cérémonie religieuse au stade d’Antsiranana hier vêtu d’une tenue divine. La même tenue avait été pourtant plébiscitée lorsque Ravalomanana l’avait enfilée pour voir les dégâts du cyclone Gafilo à Analanjirofo en 2004.
Samedi le battle a continué sur la plage de Ramena pour les deux hommes. Ravalomanana était vêtu d’un t-shirt jaune et d’un short bleu alors que Rajaonari­mampianina endossait un polo blanc et un bermuda bleu marine. Une guerre d’affluence et d’influence servant de test pré-électoral. Marc…iavelique comme on le connaît, Ravalomanana était bien évidemment entouré
de ses ouailles venues des quatre coins du pays et a attiré astucieusement son «rival» sur un terrain qu’il a bien préparé.
Les deux hommes se sont retrouvés, comme prévu, au stade pour la cérémonie religieuse, pour l’épilogue. Ils étaient bien évidemment animés d’un meilleur esprit et se sont montrés laudatifs l’un envers l’autre. Et comme deux boxeurs, ils sont tombés dans les bras l’un de l’autre à l’issue d’un combat dont le vainqueur l’a emporté aux points, sans donner le moindre coup de poing.
Ce n’est pas fini. Le meilleur reste certainement à venir. Après le premier round à Ankaramalaxa, on attend la prochaine manche.
Ainsi va le pays. L’Église sert toujours d’élément décisif pour conquérir le pouvoir. Le chef d’une secte s’est déjà porté candidat suivant la grâce divine. Pendant le week-end, les Témoins  de Jehovah ont montré leur force en obstruant les rues de Tana d’Antanimena à Antsonjombe. Curieusement il n’y avait ni autorité ni candidat pressenti à Antsonjombe.
Avec toutes ces floraisons de paroisses et de cultes, le pays devrait se situer parmi les pays les plus développés. À moins que Dieu lui même soit floué ne sachant plus à quel saint se vouer. Entre Saint-Marc et Saint-Marc…ial son cœur balance. Lequel des deux aura la voix de Dieu puis celle des urnes ? L’affaire ne sera pas classée sans … suite.

Par Sylvain Ranjalahy