Un gouvernement de comb…rats. Le Premier ministre n’a pas cru si bien qualifier son équipe. Depuis son arrivée à Mahazoarivo en avril 2016, il a eu à livrer pas mal de combats aussi singuliers les uns que les autres. Mais le comb…rat de trop est sans nul doute celui qu’il livre contre la commune d’Antananarivo actuellement à propos des subventions. D’abord parce qu’il n’a pas à boxer contre une femme même s’il aime bien  le scalp de Mike Tyson. Ensuite il doit être conscient qu’au delà des querelles politiques intestinales entre son parti et celui du maire, il s’agit de la capitale qui n’est pas la propriété particulière du maire mais le patrimoine de tous les Malgaches. Enfin, il a tort de dire que l’État n’a pas assez de sous pour subventionner toutes les communes, étant donné que des centaines de milliards d’ariary de subventions exceptionnelles de certaines communes avaient été détournés dans l’affaire Razaimamonjy.
En outre, il est bien écrit dans le statut particulier de la commune d’Antananarivo qu’elle a bel et bien droit à des subventions exceptionnelles de l’État sur consultation du maire.
A un moment où la capitale, à l’image des autres grandes villes du pays, s’empêtre dans une saleté inextricable favorisant les épidémies de toutes sortes, le moment n’est pas bon pour pinailler sur des sous. Il faut être conscient du drame et de la tragédie qui est en train de se passer avec cette épidémie de peste pulmonaire. Il est pratiquement impossible de la juguler encore moins de la contrôler dans les conditions actuelles où on ne peut pas imaginer de mettre en quarantaine tout un quartier contaminé, des centaines de milliers de personnes. Cela exige un minimum de rat…ionalité.
L’épidémie va contaminer inexorablement d’autres quartiers jusque là préservés à cause de la promiscuité et de la circulation des gens malgré les mesures de désinfection et de dératisation, d’interdiction des manifestations culturelles et sportives prises par l’État. Des malades qui s’ignorent circulent librement et vont contaminer leurs proches et leurs voisins. D’autres refusent carrément de croire à la triste réalité et préfèrent mourir loin des centres de soins et enterrés dans le caveau familial avec tous les risques.
Il faut ainsi mobiliser tous les moyens pour venir à bout de cette plaie. L’État a intérêt à fournir les moyens de lutte à toutes les communes en général et à Antananarivo, en particulier. Sinon la peste pourrait lui être fatale si elle devient une pandémie comme en 1930. Il est étonnant que le conseil du gouvernement et des ministres aient encore d’autres sujets que la peste. Pire, le dernier conseil des ministres a occulté l’épidémie. Il est vrai qu’aussi bien le Premier ministre que son ministre de la Santé affirment urbi et orbi, avec une pinte de désinvolture et de fiel que l’épidémie est parfaitement maîtrisée. En face, le bilan s’alourdit d’un jour à l’autre, le nombre de morts gonfle au rythme des ganglions et les malades dépassent nettement la capacité des hôpitaux affectés au traitement de la peste.
Comme la saison pesteuse court jusqu’en mars comme ils aiment à le ressasser, il faudra s’armer de beaucoup de résistance, s’offrir un lot de chance et surtout prier étant donné que les églises semblent être les seuls endroits non contaminés par l’épidémie. Du moins là où on retrouve les pro… pestants.

Par Sylvain Ranjalahy