Avec Mahamasina, Andohalo pourrait être le lieu le plus emblématique de l’histoire de l’Imerina. Des naissances dont celle de la République de Madagascar, des morts dont celle de la royauté, des réformes, des lois, des engagements, des discussions ont été prononcés sur cette place depuis les années 1600. Des Rois et des Reines y ont été couronnés : Radama 1er  (1787-1810),  la reine Ranavalona Ière (1828-1861), puis Rasoherina (1863-1868), Ranavalona II (1868-1883) et finalement Ranavalona III (1883-1896). C’est à Andohalo que le peuple parlait à leur Mpanjaka et où ces derniers écoutaient le peuple.
Au temps de la colonisation et de la Première république, les infrastructures autour d’Andohalo se sont développées petit à petit. Finalement, le quartier d’Andohalo est devenu une zone dite « résidentielle » avec ces belles maisons à l’ancienne. Les bureaux administratifs, les garnisons militaires, les établissements scolaires et puis ses lieux de culte font de ce quartier un lieu à part. Il y a tellement de gens, qui ont de beaux souvenirs de cet endroit. Certains y sont venus avec leurs parents pour voir les Hiragasy. D’autres, lycéens d’antan, y mangeaient à midi, y passaient du temps entre les cours. Et puis, toutes ces familles qui s’y retrouvaient et s’y retrouvent encore avant ou après les messes. Puis, tous ces amoureux, en quête d’un coin paisible, qui s’entrelacent sous les ombres des grands arbres d’Andohalo.
Il y a dix ans, Andohalo a eu droit à un premier lifting pour une bouffée d’oxygène après avoir été laissé presque à l’abandon. Durant plus de deux ans, des hommes et des femmes ont travaillé pour redessiner l’Andohalo que nous connaissons actuellement. Avec l’effort incommensurable des « petites mains vertes » de la commune urbaine d’Antananarivo. En ce temps, une centaine d’agents de la direction en charge des espaces verts s’y sont relayés avec peu de moyens. Pourtant, au final, le résultat était fort louable. Mais l’infrastructure n’a pas eu l’élan souhaité, faute de vision claire, d’inventivité, de volonté politique de la commune urbaine.
Puis, depuis quelques jours, la belle se refait peau neuve. Le concept est une continuation de ce projet initial. Le terrain de foot et celui de basket sont maintenant couverts de tapis synthétique. Il semble qu’une mise en concession ait été opérée. Au regard de l’enthousiasme des uns et des autres en voyant les premières photos, Andohalo drainera de nouveau du monde.
Aussi, tâchons de tirer avantage de cet investissement. Veillons surtout à ce que la sacralité du lieu ne soit pas souillée. Il est un peu triste de voir que les deux lieux symboliques d’une grande partie de l’histoire du pays soient devenus des lieux de sports. Certes, il n’y a rien de mal à de telles reconversions mais un pincement au cœur est inévitable. Il faut aussi s’assurer que les parties qui ne sont pas mises en concession soient très bien gérées pour éviter ce qui se passe avec la place d’Antaninarenina. Les deux parties du jardin qui sont sous la responsabilité du Buffet du Jardin et de l’Ortana sont impeccables. La petite portion dont la gestion revient à la commune urbaine est textuellement un bordel alors que c’est le cœur même de cette place.
Bon vent à toutes ces belles initiatives, espérons que les investisseurs se sentent avant tout des patriotes.

Par Mbolatiana Raveloarimisa